Gérer son temps au travail pour mieux lutter contre le stress

Alors que le temps de travail semble se dilater, que l'heure est à l'accélération de nos rythmes de vie, que l'urgence s'érige parfois en premier principe managérial, mieux gérer son temps de travail devient prioritaire pour diminuer son stress.

 

Gérer son temps de travail : comment mieux s'organiser ?

Bien gérer son temps de travail est une question que se posent aujourd'hui de nombreux salariés et chefs d'entreprise: comment arrêter de perdre du temps alors que les distractions m'assaillent ? Comment organiser ma journée alors que les micro-tâches que je dois faire semblent se multiplier ? Comment réussir à “ tout faire aujourd'hui ” ? Comment bien faire le tri alors que les sources d'information et les moyens de communication eux aussi se multiplient ? Comment se déconnecter ? Comment parvenir à trouver un équilibre entre ma vie professionnelle et ma vie personnelle?

À l'heure de l'infobésité et de l'hyperconnexion – qui s'infiltrent chez soi comme au travail – la question de l'organisation de son temps semble liée à son propre rythme de vie. Pourtant, gérer son temps de travail n'est pas qu'une préoccupation personnelle devant être pensée, en entreprise, à l'échelle du salarié: elle fait partie des prérogatives du département ressources humaines de chaque entreprise.

Les logiciels de gestion du temps de travail font partie des solutions outillant la RH et permettant de gérer des plannings à l'échelle de petites équipes, de répondre aux besoins des salariés (congés, heures supplémentaires, etc.), de prévenir des anomalies, de mieux gérer les problématiques RH en situation de mobilité etc. Plus globalement, ces solutions font partie des moyens, pour les ressources humaines, de remplir leur mission en termes d'organisation du temps de travail: en planifiant les charges de travail futur et en optimisant l'adéquation effectifs/charges de travail.

Pour une gestion du temps travail maîtrisée

C'est à l'échelle même de la conception du travail au sein de l'entreprise que certains observateurs placent la solution pour mieux gérer son temps. Le “ slow business ”, en particulier, incite à développer une nouvelle culture d'entreprise, impulsée par la direction, afin de “ ralentir ” les rythmes de travail et rompre avec un certain culte du présentéisme et des résultats à court terme. L'idée est de mieux équilibrer la maîtrise du temps, en insufflant des méthodes de management visant à prévenir le stress voire les burn out.

 

La méthode Results Only Work Environment (ROWE), notamment, prône une culture d'entreprise qui se détache de toute notion de temps de travail: il s'agit de se concentrer sur les résultats, en autonomisant et responsabilisant le salarié et en l'interrogeant sur son rapport à la performance et au travail. Celui-ci, pour y arriver, est par exemple invité, par phases, à se déconnecter totalement des outils numériques ou même à décrocher totalement du travail. Il travaille par séquences de travail plus courtes, mais totalement interrompues.
Plus de pointage ou de contrôle de son heure d'arrivée ou de départ: son travail sera en revanche bel et bien jugé sur des résultats, chiffrés.

L'alignement entre rythme biologique et rythme de travail est une autre piste explorée: il s'agit ici, grâce à la chronobiologie, de tenir compte de ses rythmes biologiques afin de mieux travailler. Pour cela, il conviendra de respecter sa “ pression de sommeil ”, en évitant par exemple des tâches demandant une forte activité intellectuelle en début et en fin de journée, et pourquoi pas en prenant une courte sieste après le déjeuner. Le respect du sommeil, y compris en cas d'horaires atypiques, est également primordial.

D'authentiques formations pour gérer son temps de travail existent, enfin, pour apprendre à prioriser, à gérer son énergie voire à mieux maîtriser les échéances. Savoir dire non, hiérarchiser ses mails, planifier ses actions, prévoir du temps “ perdu ”: ces formations consistent notamment à s'interroger sur ses habitudes en période de fortes sollicitations, et à insuffler durablement de bonnes pratiques, au-delà des “ astuces ” d'organisation.

À l'échelle de l'entreprise, toutefois, la quête du “ mieux travailler ” nécessite, pour que chaque salarié réussisse, une organisation du travail suffisamment flexible… ce qui ne veut pas forcément dire plus anarchique: la souplesse, elle, s'organise !

 

 

 

Le saviez-vous ?

Humanis accompagne les entreprises en leur proposant des complémentaires santé collectives obligatoires adaptées à leurs besoins.

 

Partager cet article :