​​​Médecin du travail: prévention et santé des salariés

Le médecin du travail, titulaire d'un diplôme de médecine, est un véritable spécialiste de la prévention et de la santé au travail. Il conseille l'employeur sur l'ensemble des risques relatifs aux conditions de travail et veille également à la bonne santé des salariés.

Comment assure-t-il sa mission de prévention en entreprise ? Quelles sont ses différents rôles auprès des salariés ?

https://humanis.com/entreprise/complementaire-sante/medecin-travail-prevention-sante-salaries/

Le médecin du travail, conseiller des salariés

Dans une grande entreprise, le médecin du travail peut être salarié à plein temps, mais il est généralement rattaché à un service interentreprises. Dans les deux cas, le médecin du travail a un rôle exclusivement préventif. Il a pour objectif “d'éviter toute altération de la santé des salariés, du fait de leur travail, notamment en surveillant leur état de santé, les conditions d'hygiène du travail et les risques de contagion”.
Depuis 1946, date rendant la médecine du travail obligatoire dans toutes les entreprises privées les prérogatives du médecin du travail ont changé. Au fil des années, sa mission a évolué d'un contrôle de “l'aptitude médicale” à un "suivi médical ".

La médecine du travail est intégralement financée par l'employeur. Selon sa taille, l'entreprise doit cotiser à un Service de Santé au Travail (SST) autonome ou interentreprises, c'est-à-dire à un organisme indépendant à but non lucratif. La liste est disponible sur le site du CISME (Centre Interservices de Santé et de Médecine du travail en Entreprise).

Ce professionnel est chargé de la prévention santé au travail. À ce titre, il aborde des questions aussi diverses que:

  • la pénibilité,
  • l'hygiène,
  • les risques psychosociaux,
  • l'adaptation des postes,
  • les nouveaux aménagements.

 

Avec l'apparition de nouveaux métiers, les entreprises ont vu les risques professionnels se diversifier. Pour répondre aux besoins spécifiques des entreprises, le médecin du travail coordonne aujourd'hui une équipe pluridisciplinaire composée d'intervenants en prévention des risques professionnels (toxicologue, ergonome, allergologue, psychologue du travail, assistante sociale…) et d'infirmiers. L'objectif est d'identifier les problèmes le plus tôt possible pour y remédier au mieux.

 

Prévention santé et visites médicales obligatoires

Le rôle du médecin du travail a évolué depuis le décret du 28 juillet 2004 relatif à la réforme du travail (renforcé par la loi du 20 juillet 2011). On parle désormais de santé au travail, et non plus de médecine du travail. D'autre part, la visite annuelle systématique a été remplacée par une visite périodique ayant lieu tous les 24 mois. Cependant, il existe une exception à cette périodicité de 24 mois: la Surveillance Médicale Renforcée (SMR). Cette mesure s'applique:

  • aux femmes enceintes,
  • aux travailleurs de moins de 18 ans,
  • aux travailleurs handicapés,
  • aux travailleurs exposés: à l'amiante, aux rayonnements ionisants, au plomb, au risque hyperbare, au bruit, aux vibrations, aux agents biologiques des groupes 3 et 4, aux agents cancérogènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction de catégories 1 et 2.

 

La visite médicale d'embauche

La visite médicale d'embauche comporte un entretien, un examen clinique général et éventuellement des examens complémentaires selon la nature de la profession et des risques encourus. Elle a pour but (article R. 4624-11 du Code du travail):

  • de s'assurer que le salarié est médicalement apte,
  • de proposer des adaptations du poste ou un changement de poste si nécessaire,
  • de vérifier que le salarié ne souffre pas d'une affection dangereuse pour ses collègues,
  • d'informer le salarié des risques d'exposition de son poste,
  • de sensibiliser le salarié sur la prévention.

Le suivi individuel du salarié

La prévention santé au travail passe également par plusieurs rendez-vous qui ponctuent la vie professionnelle du salarié:

  • La visite périodique: elle peut être formulée à la demande de l'employeur ou du salarié. À noter que " la demande du salarié ne peut motiver aucune sanction " (art. R. 4624-17 du Code du travail).
  • La visite de reprise: elle est obligatoire après un congé de maternité, une absence pour cause de maladie professionnelle (peu importe sa durée), une absence d'au moins 30 jours pour cause d'accident du travail, de maladie ou d'accident d'origine non professionnel. Cette visite a lieu à l'initiative de l'employeur, dans les 8 jours qui suivent la reprise du travail.
  • La visite de pré-reprise: elle ne peut être formulée que par le salarié, le médecin traitant du salarié ou le médecin-conseil. Elle s'applique aux salariés qui peuvent justifier d'un arrêt de travail supérieur à 3 mois. La visite de pré-reprise doit obligatoirement avoir lieu durant l'arrêt de travail. Elle a pour objectif de préparer la reprise du travail si celle-ci s'annonce délicate.
Partager cet article :