Reprise, rachat d'entreprise: se poser les bonnes questions

La pérennité et le succès d'une entreprise dépendent du capital investi, de la catégorie juridique choisie, du type d'activité, de la situation du créateur ou repreneur…

Avant tout projet de reprise ou de rachat d'entreprise, mieux vaut se poser les bonnes questions pour optimiser ses chances de réussite.

Reprise achat d'entreprise

Reprise d'entreprise: les principales interrogations

Racheter une entreprise doit faire naître un certain nombre de questions chez le potentiel repreneur: la cession a-t-elle été bien anticipée ? Quand, à qui et sous quelles conditions le dirigeant-cédant semble-t-il prêt à conclure un accord ? Suis-je prêt ? Mon projet de reprise est-il bien motivé professionnellement ? Répondre à ces quelques questions permet d'envisager plus sereinement un projet de reprise d'entreprise, d'après le réseau des Chambres de commerce et d'industrie (CCI).

 

La période de prospection

Trouver une entreprise à reprendre est un processus parfois complexe, qui nécessite de prendre du temps pour comprendre comment est organisé le marché. Le plus important durant cette phase de prospection est de bien connaître ses propres critères, selon l'Agence pour la création d'entreprise (APCE).

Connaître ses propres aspirations personnelles, ses motivations profondes à la reprise, son expérience passée en la matière ou ses compétences, la réalité de ses contraintes, permet de mieux définir son projet et de savoir ce que l'on recherche. Le repreneur potentiel doit savoir quels projets regarder et lesquels éviter. Activité de l'entreprise, taille, localisation, santé: de nombreux critères doivent être pris en compte. La construction d'un business model, représentant l'idée que l'on se fait de son projet, peut aider à cibler le type d'entreprise reprise.

Le repreneur a-t-il par exemple, de quoi assumer les risques inhérents à un projet de reprise d'une entreprise en difficulté ? La reprise d'une entreprise, qui correspond à un projet de plus grande envergure et avec un financement généralement plus conséquent qu'une création est-il le projet le plus adapté ? Le diagnostic des dossiers d'entreprise reçus contribuera également à fixer un prix de reprise.

Avant la reprise: plan de reprise et montage juridique

L'étape suivante consiste à construire un plan de reprise, qui intègre des dimensions économiques et juridiques. Bien comprendre chaque statut et type d'entreprise et bien se questionner est à ce stade crucial. Notamment :

  • S'agissant d'un fonds de commerce, le rachat se fait-il via le statut d'entreprise individuelle ou de société ?
  • Pour un achat immobilier, s'agit-il de l'achat d'un actif ou de parts d'une Société Civile Immobilière (SCI), ou de la création d'une SCI ? Une holding est-elle créée ?
  • Une holding de rachat est-elle constituée pour la reprise d'un fonds de commerce, le rachat de parts sociales ou le contrôle de la société d'exploitation ou de la SCI ?
  • S'agit-il d'une absorption, d'une augmentation de capital ?

 

 

 

Construire son modèle d'affaires prévisionnel

Des canevas et outils dédiés permettent de construire un modèle d'affaires prévisionnel le plus complet possible. Celui-ci doit inclure des informations sur la situation économique de l'entreprise à reprendre, sur son marché et sur sa situation financière, ainsi que sur la stratégie de développement (produits/services, locaux, marketing et communication, management, RH, etc.) et de reprise (montage juridique) envisagée, si possible en incluant un prévisionnel à moyen terme. Le financement, enfin, doit s'anticiper, en prenant en compte que l'apport personnel représente en moyenne 30 % du montant à financer, et que plusieurs aides, financières, fiscales ou sociales, existent.

 

Conclure un projet de rachat d'entreprise

Il faut alors conclure la reprise. La négociation peut porter sur de nombreux éléments, et se déroule de fait à tout moment de la relation avec le cédant. La discussion sur le prix et les engagements de chacun se prépare bien avant la signature d'un compromis de vente, tout comme les formalités administratives, pour un meilleur enchaînement des étapes. Le déblocage des fonds n'intervient qu'à la signature de ce protocole d'accord. Ne reste alors qu'à… devenir chef d'entreprise ! En cas de difficulté, des formations existent pour apprendre à piloter son entreprise ou même manager.

Le saviez-vous ?

Humanis accompagne les entreprises au quotidien, qu'il s'agisse de TPE, PME ou de grands groupes. Santé, épargne, prévoyance, retraite, conseil: découvrez l'ensemble de nos services.

 

Partager cet article :