Téléphone portable, WIFI : quels dangers des solutions mobile en entreprise ?

Selon une étude CREDOC 2016, les français passent en moyenne 18h par semaine sur internet et 100 % des 12-39 ans sont internautes. Tous les bureaux et la plupart des entreprises sont reliés à des réseaux WIFI. Quelles conséquences pour les salariés au quotidien ? Aperçu des différents impacts du numérique au travail.

Téléphone portable, WIFI : quels dangers des solutions mobile en entreprise ?

WIFI, bluetooth, ondes … est-ce nocif pour la santé ?

En 2013, l’ANSES publiait un rapport sur les dangers des ondes électromagnétiques sur nos cerveaux. S’il n’y a pas à ce jour d’effet avéré sur la santé, le rapport pointait déjà un risque de tumeur cérébrale pour les utilisateurs de téléphone portable sur le long terme, ainsi qu’une possible modification de l’organisme.

Du fait que de nombreux cancers ne peuvent être décelés que de nombreuses années après les interactions qui ont conduit à la tumeur, et que les téléphones mobiles étaient peu utilisés avant le début des années 1990, à l’heure actuelle, les études épidémiologiques ne sont pas en mesure d’évaluer les cancers qui apparaissent dans un laps de temps plus court. OMS

 

Les recommandations pour éviter les risques du WIFI en entreprise

S’il est aujourd’hui encore impossible de déterminer les véritables impacts et risques des ondes WIFI, il est cependant possible de prévenir le danger en adoptant quelques reflexes simples :

  • Utiliser un kit mains-libres (et non Bluetooth) pour les téléphones portables
  • Réduire l’exposition aux appareils électromagnétiques (téléphones portables, tablettes, ordinateurs…)
  • Choisir un téléphone portable avec un indice DAS le plus bas possible
  • Limiter son utilisation autant que possible
  • Eviter d’utiliser un téléphone portable lorsque vous êtes éloigné d’un relais (quand les barrettes sont basses)
  • Limiter l’utilisation du WIFI grâce à des câbles réseaux

 

Tous accros à internet ?

Selon une étude 2016 du CREDOC sur les usages du numérique, 63% des 12-24 ans ne peuvent pas "se passer 3 jours d’Internet sans que ça leur manque". Cette proportion a augmenté depuis 2011 : 14% des internautes de 12 ans et plus se sentent en manque au bout de quelques heures.

55% des Français naviguent sur Internet via leurs smartphones. 48% téléchargent des applications, 42% utilisent leur téléphone pour rechercher un commerce local (bar, restaurant), 34% regardent des vidéos et 32% utilisent les messageries instantanées.

 

Les dangers de l’hyper-connectivité sur la santé

Au travail, difficile de se couper d’internet qui est devenu l’outil principal de travail pour beaucoup de salariés. Si la connectivité facilite la rapidité dans les échanges et l’engagement des collaborateurs, elle peut aussi s’avérer nocive. La difficulté à déconnecter de son travail – notamment à cause des téléphones portables professionnels et des e-mails – favorise les risques psycho-sociaux tels que le burn-out. De plus, l’hyper-connectivité au travail peut nuire à la productivité. Outre la déconcentration suite à la sur-sollicitation du cerveau (notifications, etc.) des études démontrent que de plus en plus de salariés utilisent internet à des fins personnelles : ils y passeraient en moyenne 1,15 heures par jour, soit 4 semaines par an, ce qui engendrerait une baisse de productivité de plus de 17 %.

Partager cet article :