Deuil en milieu professionnel : accompagner un moment difficile

Le deuil est l'une des grandes épreuves de la vie. C'est aussi une réalité face à laquelle chacun peut se trouver confronté dans le cadre du travail, qu'il s'agisse du décès d'un collègue, d'un cadre dirigeant ou d'un collaborateur proche qui perd l'un des siens.

 

Le deuil en entreprise

 

Chaque personne est unique, chaque deuil est vécu différemment. Cependant les étapes du deuil obéissent souvent au même cheminement psychologique : le choc initial lié à la disparition de l'être cher, la phase d'abattement ou de colère, le temps de la "cicatrisation" et de la reconstruction visant à retrouver une certaine forme d’apaisement. Qu'il survienne de façon inattendue, accidentelle ou après une longue maladie, le décès d'un être aimé marque indéniablement un tournant dans la vie de celui qui reste là et vit, même bien entouré, une expérience de solitude.

Décès et congés légaux pour circonstances douloureuses

 

Prévus par la loi et accordés à tous les salariés, les jours d'absence en cas de décès d'un proche sont rémunérés. Ils sont assimilés à des jours de travail effectif pour la détermination de la durée du congé annuel.

  • Deux jours de congé sont ainsi octroyés aux salariés en cas de décès d’un enfant, de leur conjoint ou partenaire lié par un PACS.
  • Un jour seulement en cas de décès de la mère ou du père, d’une sœur ou d’un frère, de la belle-mère ou du beau-père.

 

Ces congés peuvent être pris le jour même ou dans les quelques jours qui suivent ou précèdent l'événement douloureux.

Un accompagnement nécessaire

La convention collective applicable dans l’entreprise prévoit parfois l'octroi de jours de congés supplémentaires.

Selon les situations, l’accompagnement du salarié en deuil peut appeler d’autres mesures. Certains professionnels extérieurs peuvent être mobilisés (le médecin du travail ou l’assistante sociale par exemple qui pourra éventuellement l’orienter vers des associations spécialisées ou l’assister dans ses démarches administratives).

Mieux anticiper avec une assurance "homme-clé"

Suite au décès d'un dirigeant ou de l'un des collaborateurs, une entreprise peut se retrouver démunie, désarmée : difficultés financières, désorganisation opérationnelle, perte d'un savoir-faire essentiel, démotivation.

Des contrats professionnels d'assurance permettent aux sociétés qui les souscrivent de se prémunir des conséquences diverses de la disparition d'un homme ou d'une femme assurant un rôle clé.

L'indemnisation qu'assurent ces contrats d'assurance "homme-clé", avec divers niveaux de garanties et capitaux, vise à compenser une perte d'exploitation ou la baisse directe ou indirecte de chiffre d'affaires. Elle facilite une poursuite d'activité le temps de la réorganisation interne : mise en place d'un nouveau recrutement, concrétisation d'un investissement décisif, recherche de nouveaux partenaires.

 

A noter :

Ces contrats d'assurance "homme-clé" peuvent également intégrer le risque de l'absence temporaire ou définitive d'un collaborateur ou d'un dirigeant, suite à un accident ayant entraîné une invalidité partielle ou totale.

 

Décès sur le lieu de travail

La survenance du décès sur le lieu de travail est un évènement dont la gravité doit être immédiatement mesurée.

Il implique la mise en œuvre immédiate d’actions qui, pour être bien menées, nécessitent de recourir à l’aide de professionnels disposant d’une compétence spécifique dans la gestion de ce type de situation de crise.

Partager cet article :