La qualité de vie au travail

La qualité de vie au travail englobe de nombreux aspects de la vie au travail, qui comprend le travail lui-même, son contenu, son organisation, les relations sociales dans lequel il s’insère, le sens qui lui est donné. Le terme "qualité de vie au travail" dépasse la question classique des conditions de travail en proposant de réfléchir sur la qualité du travail.

La qualité de vie au travail

En pratique, la qualité de vie au travail désigne les actions qui permettent de réunir tout à la fois des mesures visant l’amélioration des conditions de travail des salariés et la performance globale des entreprises. Elle fait partie des objectifs stratégiques de l’entreprise et doit être prise en compte dans son fonctionnement au quotidien.

L’accord national interprofessionnel du 19 juin 2013 "vers une politique d’amélioration de la qualité de vie au travail et de l’égalité professionnelle" suggère de renforcer la cohérence des négociations en entreprise. Cette possibilité est reprise dans la loi relative au dialogue social et à l’emploi de juillet 2015 qui propose de nouveaux outils pour le dialogue social.

La qualité de vie au travail découle de cette idée, elle ne peut se développer sans impliquer les équipes, sans créer des espaces de discussion sur le travail, sans mener des expérimentations et réaliser des diagnostics partagés. De fait, la qualité de vie au travail dépend des conditions dans lesquelles les salariés exercent leur travail et de leur capacité à s’exprimer et à agir sur son contenu.
 

La prise en compte de facteurs multiples

La qualité de vie au travail n’est pas toujours prise au sérieux par les chefs d’entreprise qui le considère comme un sujet un peu fantaisiste. Alors que l’un des problèmes majeurs à traiter pour l’entreprise est l’emploi, le thème de la qualité de vie au travail semble plus difficile à imposer. Dans ce contexte, la relation entre qualité de vie au travail et performance reste à démontrer.

La prise en compte de la qualité de vie au travail dans la pratique managériale est pourtant essentielle face à des systèmes organisationnels qui se complexifient. L’accord national interprofessionnel sur la qualité de vie au travail précise le rôle du management, qui est un relai essentiel de la politique de l’entreprise.

"Faire du bon travail", voilà ce que répondent le plus souvent les salariés français quand on les interroge sur ce qu’ils trouvent important pour eux dans leur travail. De nombreux métiers sont alimentaires. Comment faire pour que les salariés qui sont contraints de les exercer s’épanouissent au quotidien dans l’entreprise ?
 

Les évolutions récentes du monde du travail

S’intéresser aux conditions matérielles du travail, comme la chaleur, la lumière, ou le bruit, est nécessaire, mais cela reste insuffisant. Si l’aménagement du temps de travail, la rémunération du travail et le rôle de l’encadrement, représentent différents aspects de la vie au travail, ils n’intègrent pas les dimensions positives du travail, envisagé comme une ressource.

 Les exigences croissantes de rendement et de productivité, la flexibilité du travail, les transformations du collectif de travail participent à une intensification de la charge mentale. Les nouvelles technologies, la formalisation généralisée des procédures de travail, imposent une vigilance accrue, suscitent des exigences nouvelles, et transforment les collectifs de travail.

Dans ce contexte, la confiance des salariés envers leur entreprise et leurs managers est au cœur des enjeux organisationnels de l’entreprise. L’Agence nationale pour l'amélioration des conditions de travail (ANACT) retient six dimensions individuelles déterminantes pour la qualité de vie au travail :

  1. relations sociales et professionnelles
  2. contenu du travail
  3. environnement physique du travail
  4. organisation du travail
  5. réalisation et développement professionnel
  6. conciliation entre vie au travail et vie hors travail
     

L’organisation d’un plan d’action comme projet d’entreprise

Pour réunir ces différents facteurs d’amélioration des conditions de travail, il est nécessaire d’adopter des mesures techniques et organisationnelles en sollicitant la participation de tous les acteurs de l’entreprise, principalement dans le domaine du management, de l’information, en organisant un plan d’action qui tiendra compte des ressources humaines.

Il s’agit de retenir des solutions pragmatiques pertinentes. Le plan d’action qui sera porté par l’entreprise devra permettre de guider l'action, avec méthode, par étapes, en fédérant les salariés de façon participative et collaborative, en disposant d’indicateurs de suivi pour réaliser les avancées des plans d’actions, et en tenant compte de la perception que chacun peut avoir du sujet.
 

Un enjeu intégrateur pour l’entreprise

La qualité de vie au travail découle d’une série de facteurs que l’entreprise doit chercher à réunir. Si les conditions matérielles sont nécessaires, le sentiment d’accomplissement, la reconnaissance, la progression individuelle sont des composantes qui doivent faire l’objet d’attentions particulières car elles sont tout aussi importantes au développement du bien-être au travail.

Le bien-être au travail perçu collectivement et individuellement, englobe en effet tout autant l’ambiance de travail, la culture de l’entreprise, que les conditions de travail, le sentiment d’implication, le degré d’autonomie et de responsabilisation, un droit à l’erreur, une reconnaissance et une valorisation du travail effectué. C’est une notion intégratrice.

 

LE SAVIEZ-VOUS ?

Humanis vous accompagne dans la mise en œuvre de vos démarches de prévention afin d’améliorer la qualité de vie au travail et d'optimiser la performance de l’entreprise.

 

Accompagnement QVT

Partager cet article :