Les attentes des salariés en matière de qualité de vie au travail

L’intérêt croissant des entreprises pour la qualité de vie au travail n’est pas anodin. Il faut dire qu’en la matière, les attentes des salariés sont importantes. En cherchant à y répondre, les entreprises y découvrent des leviers de performance qui le sont tout autant : engagement renforcé, recrutement facilité, baisse de l'absentéisme, créativité, qualité du travail réalisé…

Les attentes des salariés en matière de qualité de vie au travail

Les facteurs clés de l’engagement des individus au travail

Depuis plusieurs années, enquêtes et baromètres se multiplient afin de cerner plus précisément la satisfaction et la motivation des Français au travail. Si les définitions et les méthodologies varient d’une recherche à l’autre, un même constat émerge : les attentes dépassent largement le niveau de la rémunération, quand bien même celui-ci demeure important.

Plusieurs facteurs clés de l’engagement des salariés sont ainsi soulignés : considération, développement des compétences, soutien social et technique des collègues et de la hiérarchie, autonomie ou encore intérêt du travail effectué.

En s’intéressant aux réponses de 14 000 salariés de 15 pays différents, le baromètre Edenred-Ipsos de 2016 "Comprendre et améliorer le bien-être au travail"[1] relève une satisfaction des Français à l’égard de leur bien-être au travail en dessous de la moyenne des pays étudiés (67% contre 71% en moyenne). Les causes ? Des politiques actives en matière de bien-être au travail encore assez peu répandues dans les entreprises, un manque d'attention et de considération de la part de leur hiérarchie, une gestion des compétences lacunaire…

Selon l’institut de sondage Gallup (2012), le coût lié au désengagement au travail atteindrait entre 450 et 550 milliards de dollars par an aux Etats-Unis. Pour l’économie française, la facture monterait à 60 milliards d’euros.
 

Bien faire son travail : un facteur de bien-être

Pour autant, les salariés n'attendent pas nécessairement de leur entreprise qu'elle œuvre à leur bonheur, mais qu'elle agisse sur ce sur quoi elles ont prise : le travail et son organisation, notamment pour leur permettre de réaliser un travail dans lequel ils se reconnaissent.

C’est en effet ce que vient rappeler une étude de 2016 du réseau ANACT-ARACT, réalisée en partenariat avec La Fabrique de l’Industrie et le think thank Terra Nova[2]. Pour le dire autrement, la qualité de vie au travail commence d’abord par la qualité du travail tout court.

La première des attentes des salariés Français est ainsi sans doute de pouvoir bénéficier des moyens de faire un travail qu’ils jugent satisfaisant : un dossier bien traité, un produit bien fabriqué, un service rendu qui a du sens... Cela suppose une réflexion approfondie sur les conditions de réalisation du travail de chacun.

Performance et attentes des salariés ne sont pas incompatibles, bien au contraire : la performance est un signe et même une condition de la santé. Une performance dégradée implique généralement des problèmes de santé chez des salariés qui la vivent mal ; à l’inverse, des problèmes de santé et d’engagement auront toujours des conséquences fâcheuses sur la performance à court ou moyen terme.

Partager cet article :