En entreprise, la survenue d’un dommage (par exemple un accident du travail ou une maladie professionnelle) est liée à un ensemble de facteurs imprévisibles et interdépendants. Les facteurs de risque agissent sur le danger en augmentant la fréquence ou la gravité de situations qui peuvent avoir des conséquences sur la santé.

Les risques professionnels

Les termes de danger et de risque sont à distinguer. Un produit, par exemple, peut être dangereux, mais si des mesures de précaution sont prises concernant son utilisation, le risque qu’il puisse provoquer des dommages est limité. Le risque se définit comme une probabilité.

Quels sont les différents risques professionnels ?

Les risques professionnels peuvent découler d’une activité mal maitrisée, de postures contraignantes, de l’utilisation de produits chimiques. Ils peuvent être à l’origine de dommages corporels, de maladies, et avoir des effets immédiats ou tardifs…

Les risques professionnels peuvent être :

  • mécaniques : heurts, écrasement, coupures et perforations, projections, contraintes posturales, gestes répétitifs …
  • physiques : vibrations, niveau sonore, température, intempéries, niveau d'éclairement, qualité de l’air, incendie et explosion …
  • chimiques : exposition à des substances chimiques, produits gazeux, cancérigènes, mutagènes, toxiques, corrosifs, irritants, allergisants…
  • biologiques : exposition à des agents infectieux et allergisants par piqûre, morsure, inhalation …
  • radiologiques : existence de radiations ionisantes, de rayonnements laser, rayonnements électromagnétiques …
  • psychologiques : agression physique ou verbale, harcèlement moral ou sexuel, stress, charges excessives …

La responsabilité de l’employeur

L’employeur prend les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs (articles L. 4121-1 et L. 4121-2 du Code du travail). Ces mesures comprennent des actions de prévention des risques professionnels et de la pénibilité au travail, des actions d’information et de formation, la mise en place d’une organisation et de moyens adaptés.

La mise en œuvre de ces mesures repose sur 9 principes généraux de prévention :

  1. Eviter les risques 
  2. Evaluer les risques qui ne peuvent être évités 
  3. Combattre les risques qui ne peuvent être évités 
  4. Adapter le travail à l’homme 
  5. Tenir compte de l’état d’évolution de la technique 
  6. Remplacer ce qui est dangereux par ce qui l’est moins 
  7. Planifier la prévention en y intégrant, technique, organisation et conditions de travail 
  8. Prendre des mesures de protection collective 
  9. Donner les instructions appropriées aux travailleurs
     

Les mesures de prévention primaire, secondaire et tertiaire

Pour réduire un risque on peut agir sur la probabilité de sa survenue en la diminuant par des mesures de prévention (prévention primaire) ou agir sur sa gravité en mettant en place des systèmes de protection destinés à en éviter ou à en réduire les conséquences (prévention secondaire et tertiaire).

La prévention primaire

La prévention primaire cherche à éviter l’apparition d’un risque ou à supprimer ses causes (les facteurs de risques). Dans ce cadre on cherchera par exemple à agir sur les conditions de travail et leur organisation pour éviter les risques psychosociaux, ou à remplacer un produit dangereux par un autre qui ne l’est pas.

Ici, on se trouve dans une logique d’adaptation du travail à l’homme (ce que demande le Code du travail).

La prévention secondaire

La prévention secondaire cherche à éviter la survenue d’un dommage (et non d’un risque). Elle met davantage l’accent sur l’individu et sa protection, ou encore le dépistage des risques. Plus concrètement, le risque n’est pas supprimé et on va chercher à renforcer la capacité des salariés à y faire face (équipements de protection, gestion du stress…).

Ici on se trouve davantage dans une logique d’adaptation de l’homme au travail. Moins efficaces que les mesures de prévention primaire, les mesures de prévention secondaire sont souvent plus faciles et rapides à mettre en place. Parfois, on ne peut pas toujours faire autrement. Pour autant, les progrès techniques et les conseils d’experts apportent souvent des réponses insoupçonnées.

La prévention tertiaire

La prévention tertiaire quant à elle vise à limiter les dommages en évitant la survenue de complications, de séquelles, de récidives.

On citera ici les mesures de maintien dans l’emploi, d’accompagnement médico-social, d’accompagnement psychologique, etc.
 

Des mesures collectives ou individuelles

La prévention peut aussi se penser à travers des logiques collectives et/ou individuelles.

La prévention collective cherche à protéger un ensemble de salariés en supprimant ou en réduisant les situations dangereuses sur les lieux de travail … (exemples : isolation phonique des locaux, aspiration des fumées et/ou vapeurs nocives à la source, système de ventilation…).

La prévention individuelle cherche à protéger chaque salarié en mettant à sa disposition des équipements de protection ou en respectant des obligations, comme la vaccination obligatoire par exemple. La protection individuelle est parfois la seule mesure permettant de réduire le risque.
 

Des mesures techniques, médicales et légales

Les mesures de prévention des risques professionnels peuvent découler de l’application de mesures techniques, ou du suivi santé organisé par les services de santé au travail, voire de dispositions légales que l’entreprise se doit d’appliquer.

  • Techniques : des mesures de sécurité se rapportant aux locaux et équipements de travail, et des mesures de protection sont intégrées aux machines ou aux procédés de fabrication.
  • Médicales : le suivi de la santé des salariés est assuré par les services de santé au travail qui conseillent employeurs et salariés et mènent des actions de prévention en entreprise.
  • Légales : des textes réglementaires obligent les employeurs et les salariés à appliquer ou à respecter des mesures d'hygiène et de sécurité sous peine de sanctions.

Un plan d’action porté au cœur de l’entreprise

On le voit, la prévention des risques professionnels n’est pas une mince affaire. Elle est pourtant essentielle, tant d’un point de vue juridique que d’un point de vue éthique, sans parler des enjeux de performance qui s’y rattache.

Certaines entreprises ont par ailleurs cherché à aller encore plus loin qu’une logique de prévention : plutôt que de se limiter à éviter les problèmes et leurs complications, elles se sont également intéressées à ce qui pouvait construire la santé, dans une conception plus positive. C’est l’un des enjeux de la qualité de vie au travail.

 

LE SAVIEZ-VOUS ?

Humanis vous propose une approche dédiée pour agir durablement sur les risques professionnels, tels que les TMS et les RPS et des solutions concrètes pour animer vos projets de prévention.

Diagnostic Ciblé 

Partager cet article :