Mesurer l’impact social et économique de ses démarches de prévention

Comment s’assurer de la pertinence et de l’effet d’une politique de qualité de vie ou de santé au travail ? La réponse n’est pas simple. Un grand nombre de paramètres et de déterminants viennent en effet influencer la santé des salariés et les enjeux de performance qui y sont liés : nature des activités de l'entreprise, pratiques managériales, organisation du travail, contexte économique et social, nombre et profils des salariés qu'elle emploie...

formation-entreprise

Les grands familles d’indicateurs

Différents marqueurs permettent toutefois d’évaluer l’impact et la qualité de la démarche qu’une entreprise souhaite engager. Ils doivent être définis "sur-mesure" en fonction du projet d’établissement. A titre indicatif, en voici quelques exemples (à noter que certains peuvent être à la fois indicateurs de résultat, de moyen ou de risque) :  

Des indicateurs sociaux :

  • Absentéisme : taux, durées, motifs des absences...
  • Mouvement du personnel : taux de turnover, entrées et sorties…
  • Evolution professionnelle : formations, promotions, mobilités…
  • Qualité des relations sociales : tensions, conflits, actes de violence, état du collectif…
  • Vécu du travail : sentiment de reconnaissance, pouvoir se reconnaître dans son travail…
  • Equilibre vie professionnelle/vie personnelle
  • Représentants du personnel : nombre et nature des réunions/signalements, ordres du jour et comptes rendus des réunions, nombre et nature des enquêtes et expertises du CHSCT…
  • Sanctions disciplinaires, notamment pour non-respect des obligations de sécurité
  • Modalités de la communication en interne
  • Etc.

Indicateurs relatifs à l’organisation et aux conditions de travail

  • Temps de travail et horaires
  • Contraintes temporelles
  • Charge de travail
  • Autonomie
  • Adaptation des moyens aux objectifs
  • Proximité et soutien technique du management et des collègues
  • Clarté des consignes
  • Facteurs de pénibilité
  • Indicateurs de pratiques managériales (propres à chaque entreprise) : management participatif ou vertical, proximité…
  • Etc.

 

Privilégier les échanges directs avec les salariés et les observations des situations de travail réelles pour plus de pertinence.

Indicateurs de santé-sécurité

  • Données provenant du service de santé au travail : fiche d’entreprise, préconisations, alertes et courriers du médecin du travail, inaptitudes…
  • Accidents du travail et maladies professionnelles : taux, nature, origine, gravité…
  • Nombre et nature des incidents avec risque pour la santé
  • Port des équipements de protection : taux et motifs de non observation des consignes de sécurité
  • Observations d’acteurs de la prévention : inspection du travail, CARSAT…
  • Etc.

Indicateurs de production et de gestion

Ces indicateurs sont propres à chaque entreprise, mais on peut retrouver :  

  • Nombre et nature des pannes, rebus, retards…
  • Qualité des produits et services…
  • Satisfaction client : par rapport aux produits, services, image de l’entreprise…
  • Etc.

Déterminer ses indicateurs

Afin qu’ils soient les plus pertinents possibles, il importe que vos indicateurs puissent être choisis et interprétés à l’aide des regards de différentes composantes de l'entreprise : direction, RH, responsable de la santé-sécurité, management, représentants du personnel, salariés ou encore service de santé au travail. Un groupe de travail peut être chargé de réfléchir aux indicateurs à mettre en place.

Les indicateurs peuvent provenir de plusieurs sources : le bilan social de l'entreprise, les outils de suivi de la productivité/performance, les enquêtes menées auprès des salariés, les éléments transmis par le service de santé au travail, les informations émanant des représentants du personnel (CE, DP, CHSCT...), mais encore les données que peut vous apporter Humanis.

Les modalités de suivi de ces indicateurs (périodicité, etc.) sont là encore à déterminer par l’entreprise. Mais il peut être intéressant de faire le point régulièrement, par exemple tous les trimestres. Pour autant, si certaines mesures donnent des résultats rapides, d’autres produisent des effets sur le long terme : de plusieurs mois à plus d’un an. Les liens entre santé et performance doivent ainsi s’apprécier sur la durée.
 

Des outils pour vous aider à construire vos indicateurs

Afin de vous aider à déterminer les bons indicateurs de suivi, Humanis propose aux entreprises une gamme de solutions adaptées au suivi d’une politique de santé ou de qualité de vie au travail. 

En complément, l’INRS et l’ANACT ont également élaboré des outils intéressants pour l’analyse et le suivi de la mise en œuvre d’une politique de santé au travail ou d’une démarche de qualité de vie au travail :

  • Brochure INRS Dépister les risques psychosociaux. Des indicateurs pour vous guider (ED 6012). Si elle porte sur la thématique des risques psychosociaux, cette brochure fournit malgré tout de bons indicateurs de moyens et de résultats pour suivre une démarche plus globale de santé au travail. Elle sera moins adaptée en revanche pour la mise en place d’une démarche de qualité de vie au travail. Cliquez ici pour en savoir plus sur cette brochure.
  • Kit de l’ANACT "Analyser ses données sociales". Cet outil numérique vous permettra à la fois de suivre des démarches de prévention des risques professionnels mais aussi de qualité de vie au travail : cliquez ici pour le retrouver.
Partager cet article :