Santé au travail : veiller à l’évaluation et l’amélioration continues

Une démarche de santé et de qualité de vie au travail n’est pas un projet limité dans le temps. Au fil des évolutions de l’entreprise, de son contexte, de l’arrivée ou du départ de membres du personnel, de l’évolution de leur santé et de la technique, etc., la nature des risques mais aussi des possibilités d’amélioration des situations de travail se transformeront.

Des obligations

C’est pour cette raison que le dernier alinéa de l’article L. 4121-1 du Code du travail (l’un des articles sur lequel se fonde son obligation de résultat en matière de santé au travail) indique : "L'employeur veille à l'adaptation de ces mesures pour tenir compte du changement des circonstances et tendre à l'amélioration des situations existantes."

C’est également pour cela que l’évaluation des risques doit être réalisée régulièrement et que le DUERP soit mis à jour pour en tenir compte.

Dans les entreprises de 50 salariés et plus, cette obligation d’amélioration continue est de plus suivie par le CHSCT à qui l’employeur doit adresser un bilan des conditions de travail de l’année écoulée ainsi qu’un plan d’actions pour l’année en cours.
 

5 étapes et 2 types d’évaluation

Les politiques de santé en entreprise reposent ainsi souvent sur le renouvellement en continu de 5 étapes :

  1. Préparation de la démarche
  2. Evaluation des risques
  3. Elaboration du plan d’action
  4. Mise en œuvre du plan d’action
  5. Evaluation des résultats et des processus pour ensuite conforter les mesures engagées ou alors les améliorer en apprenant des difficultés rencontrées. On revient ensuite à l’étape 1.

Cette logique n’est bien sûr pas sans rappeler le principe de la célèbre "roue de Deming" ou méthode PDCA (en français) : planifier, développer, contrôler, ajuster (puis recommencer).

Pour autant, en matière de santé au travail, on retrouve généralement deux étapes d’évaluation, aux finalités différentes toutefois : l’évaluation des risques professionnels d’une part (c’est-à-dire identification des dangers et analyse des risques), évaluation de la démarche et de ses résultats d’autre part.
 

Les enjeux

Au-delà du respect des obligations légales, c’est grâce à l’évaluation et à l’amélioration en continu des démarches de santé et de qualité de vie au travail que se jouent les enjeux de performance qui y sont rattachés (engagement du personnel, diminution de l’absentéisme et du présentéisme, amélioration de la qualité de production ou de service, créativité…).

Si des actions d’amélioration des conditions de travail peuvent rapidement porter leurs fruits, c’est en effet essentiellement sur le long terme que l’on obtiendra les résultats les plus intéressants, obtenus au fil d’ajustements réguliers, surtout s’ils sont déterminés et mis en œuvre avec le concours des salariés.

Partager cet article :