Réduire son activité en fin de carrière : quelles sont les solutions ?

Si plusieurs dispositifs existent pour prolonger l’activité des seniors en entreprise, l’inverse est également vrai. Permettre aux salariés séniors de partir à la retraite plus tôt, c’est possible !

Réduire son activité en fin de carrière : quelles sont les solutions ?

L’accord d’entreprise pour réduire son activité

Il existe de nombreuses façons de faciliter le départ à la retraite des salariés seniors et de leur permettre de diminuer leur temps de travail en fin de carrière. Les entreprises ont en effet la liberté de négocier avec les partenaires sociaux des accords spécifique sur le temps de travail des seniors.

Ces accords d’entreprise permettent de négocier les plans de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences, des contrats de générations ou des accords sur la pénibilité.

En négociant et en obtenant de tels accords avec les partenaires sociaux, les entreprises facilitent le départ en retraite de leurs salariés, ce qui favorise le renouvellement des postes et compétences. Grâce aux accords sociaux, de nombreuses solutions peuvent être proposées aux salariés seniors : possibilité de rachat de trimestres, création d’un compte pénibilité, mise en place d’une retraite progressive, ouverture d’un compte épargne-temps, mise en place du télétravail …

Retraite : le rachat de trimestres

Certains seniors n’ont pas suffisamment cotisé pour partir en retraite à taux plein à l’âge voulu. Afin de réduire l’activité de fin de carrière de ces salariés et leur permettre de partir plus tôt à la retraite, il est possible de les informer des modalités de rachat de leurs trimestres de cotisations.

Ce dispositif permet au  salarié d’acheter ses trimestres de cotisations afin de les valider et de réduire son temps de travail. Pour être en mesure de racheter des trimestres, il faut être âgé de moins de 67 ans et ne pas avoir encore demandé la liquidation de sa pension. Il est possible de racheter les trimestres correspondant aux années d’études supérieures lorsque celles-ci ont donné lieu à l’obtention de diplôme ou ceux d’années incomplètes au cours desquelles 4 trimestres n’ont pas été validés. Le salarié peut racheter jusqu’à douze trimestres.

Le compte pénibilité : diminuer le temps de travail

Le compte pénibilité, devenu compte professionnel de prévention par l’ordonnance du 22 septembre 2017, est un dispositif permettant aux  salariés d’accumuler des points en fonction de la pénibilité de leur travail. Ces points sont ensuite convertis en avantages : diminution du temps de travail à travers le passage à temps partiel en fin de carrière, un départ en retraite anticipé ou une action de formation professionnelle en vue d’accéder à un emploi pas ou moins exposé.

Le compte pénibilité, les différents critères pris en compte et les règles d’acquisition des points ont été définis par le décret du 9 octobre 2014, modifié récemment par l’ordonnance du 22 septembre 2017. L’entreprise doit déclarer les salariés exposés lors de la déclaration sociale nominative (DSN).

La retraite progressive du salarié

La retraite progressive est un dispositif qui laisse la possibilité au salarié en fin de carrière de passer à temps partiel. Les revenus de ce temps partiel peuvent être cumulés avec une partie de la pension de retraite, si le salarié a l’âge légal requis pour percevoir celle-ci. Pendant ce temps partiel, le salarié continue de cotiser et de générer de nouveaux droits pour sa retraite. Le dispositif de retraite progressive lui permet ainsi d’aménager son temps de travail de façon à diminuer son activité en fin de carrière tout en bénéficiant d’un maintien de salaire. La retraite progressive est possible pour les salariés d’au moins 60 ans qui ont déjà validé 150 trimestres. Le salarié ne peut exercer qu’une ou plusieurs activités salariées à temps partiel représentant une durée de travail globale comprise entre 40 % et 80 % de la durée de travail complet.

Le compte épargne temps

Le dispositif de compte épargne temps, aussi appelé CET, est défini et instauré par convention ou accord d’entreprise. Il permet aux employés, tout au long de leur carrière, d‘épargner des jours de congé qui leur permettent ensuite soit d’obtenir une période travail à temps partiel en fin de carrière, soit de partir plus tôt à la retraite en posant un congé correspondant aux nombre de jours épargnés avant la date de départ effective à la retraite.

Le télétravail

Certaines entreprises proposent à leurs salariés en fin de carrière de profiter d’un certain nombre de jours de travail par semaine en télétravail. Ce dispositif,  généralement instauré par accord collectif, permet au salarié de préparer son départ à la retraite en douceur en travaillant de chez lui. Il s’agit également d’un avantage pour mieux concilier vie professionnelle et vie privée tout en réduisant le stress lié aux trajets domicile-travail.

BON A SAVOIR

Parce que faciliter la fin de carrière des seniors favorise la reconnaissance des salariés et constitue un véritable facteur de performance, Humanis accompagne les entreprises dans la mise en place de formation à destination des salariés proches de la retraite.

Découvrir nos formations