Propriétaire expatrié : vendre ou louer son logement ?

Parmi les multiples questions que pose une expatriation, celle de la vente ou de la mise en location de son bien immobilier revient très souvent. Pour y répondre, plusieurs facteurs sont à prendre en compte : durée de l’expatriation, fiscalité ou la tendance du marché immobilier. Voici les clés de compréhension pour faciliter votre choix. 

Propriétaire expatrié : vendre ou louer son logement ?

Opter pour la location

Partir travailler à l’étranger ne vous empêche pas de conserver votre logement principal en France. Une des solutions consiste à le mettre en location. Vous disposez ainsi d’un revenu complémentaire et retrouvez votre logement à votre retour
Si vous optez pour cette solution, il est préférable de désigner un mandataire (un proche de votre entourage présent sur place). Celui-ci prendra en charge les aspects liés à la gestion locative. Une autre solution, payante celle-ci, consiste à faire appel à un mandataire immobilier. 

Côté fiscalité, vos revenus fonciers seront imposés en France, même si vos autres revenus n’y sont plus imposés en tant que non-résident fiscal. La déclaration de ces revenus devra être envoyée au centre des non-résidents à Noisy-le-Grand. Sachez également que vous bénéficierez d’un allégement fiscal si vous louez votre bien meublé. Si tel est le cas, les revenus patrimoniaux feront partie de la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux (BIC) dans la mesure où les recettes ne dépassent pas 32 600€. Un abattement forfaitaire de 50% s’appliquera.

Enfin, si vous optez pour cette solution, pensez à souscrire à une assurance loyers impayés pour vous protéger en cas de défaut de paiement. Si vous comptez réinvestir votre logement à votre retour, optez pour un contrat de location d’un an reconductible avec une clause prévoyant la reprise du logement pour raisons familiales ou professionnelles. Pour retrouver votre logement, il suffira d’envoyer une lettre avec accusé de réception au locataire 2 mois avant la fin du bail.

Mettre en vente son bien immobilier

Pour voir s’il est opportun de vendre son logement avant de partir, il semble judicieux d’étudier les prix du marché immobilier et les tendances à venir. 

Une chose est sûre : si vous souhaitez vendre, il est préférable de le faire avant l’expatriation. Vous serez ainsi exonéré de l’impôt sur les plus-values car vous vendrez votre bien en tant que résidence principale. Les plus-values immobilières réalisées par des non-résidents sont passibles d’un prélèvement dont le taux dépend du pays d’expatriation (19% pour l’UE, 33% ou 75%). Depuis 2012, les prélèvements sociaux sont concernés à hauteur de 15,5%.

Partager cet article :