Arrêt cardiaque : des gestes simples à connaître

Jusqu’à 10 fois plus fréquente que les accidents de la route, la mort subite par arrêt cardiaque n’est pourtant pas une fatalité. Retour sur les gestes de premiers secours avec l’association Global Heart Watch.

Arrêt cardiaque : des gestes simples à connaître

Le phénomène de mort subite

40 000 personnes décèdent prématurément d’un arrêt cardiaque chaque année en  France.

Nous avons été ou serons tous, à un moment ou à un autre, le témoin d’un arrêt cardiaque.

Qu’est-ce qu’un arrêt cardiaque ? En temps normal, le muscle cardiaque se contracte régulièrement pour envoyer le sang dans tout le corps. Ces mouvements coordonnées et automatiques sont impulsés par un circuit électrique, qui régit l’activité cardiaque.

Soudain, l’activité de ce circuit se dérègle et le coeur se met à fonctionner anormalement : c’est la fibrillation ventriculaire. Ces contractions anarchiques empêchent le coeur d’assurer sa fonction de pompe et d’irriguer le reste de l’organisme. 

Dès la 3ème minute, le cerveau, privé d’oxygène, commence à souffrir et des lésions apparaissent. D’où le rôle essentiel du premier témoin dans la mise en oeuvre des gestes qui sauvent.

Comment reconnaitre un arrêt cardiaque ? 

  1. La victime perd connaissance,
  2. Elle tombe,
  3. Elle ne réagit pas quand on lui parle et la stimule,
  4. Elle ne respire pas ou de façon inefficace (gasp).

 

Quels sont les 3 gestes qui sauvent ?

 

  1. Appeler les secours : SAMU 15 / POMPIER 18
  2. Pratiquer un massage cardiaque
  3. Défibriller le coeur à l'aide d'un défibrillateur

 

En présence d'un arrêt cardiaque, une véritable chaîne de survie est à déclencher au plus vite : 1 minute gagnée, c'est 10 % de chances de survie en plus.

 

3 gestes simples pour sauver une vie

La survie des personnes dépend de la pratique immédiate d’un massage cardiaque pour restaurer un débit sanguin et une oxygénation cérébrale, puis d’un choc électrique appliqué sur le thorax qui rétabli un rythme normal.

Dans la réalisation d’un massage cardiaque, le but n’est pas la perfection mais d’agir immédiatement, en attendant l’arrivée des secours. Cette action accroit considérablement les chances de survie de la personne. 4 victimes sur 5 ayant survécu à un arrêt cardiaque ont bénéficié de ces gestes simples, pratiqués par le premier témoin.

Seuls 1,5 million de Français connaissent ces gestes, contre 95 % des Norvégiens, 80% des Autrichiens ou encore plus de 50% des habitants du département du Nord Pas-de-Calais.

Ainsi, seules 7 % des victimes survivent en France.

Visionnez les gestes qui sauvent mis en scène sur le plateau du tournage d'un film en cliquant sur le lien ci-dessous. Vidéo de 5 minutes réalisée par le CESU78, le Centre Hospitalier de Versailles et l'agence STUFF MOVIE.

L’association Global Heart Watch

Fondée en septembre 2013 par Gilbert Blaise, Global Heart Watch est une association à but non lucratif ayant pour vocation la lutte contre l’arrêt cardiaque.

Ses missions sont les suivantes :

  • Informer et sensibiliser le grand public, dans les gares, les infrastructures sportives et les écoles,
  • Promouvoir une attitude préventive dans les entreprises, tant au niveau de la prévention de l’arrêt cardiaque que de l’apprentissage des gestes de premiers secours,
  • Faire avancer la recherche.

 

Depuis sa création, l’association a sensibilisé plus de 16 500 personnes et mobilisé 80 entreprises mécènes.

Partenariat Global Heart Watch et Humanis

A l’occasion de la semaine européenne de sensibilisation à l’arrêt cardiaque, Global Heart Watch mène en ce mois de novembre une opération à destination du grand public dans les gares parisiennes. Des plaquettes numériques financées par l’Action Sociale Humanis permettent de sensibiliser les voyageurs. Il leur est ensuite proposé de se familiariser avec les gestes qui sauvent sur des mannequins. Plus de 400 personnes ont pratiqué ces gestes en gare de Saint Lazare les 7 et 8 novembre. L’opération "Coeur en gare" se poursuit en gare de Lyon le 16 novembre et en gare Montparnasse les 28, 29 et 30 novembre.

Dans le cadre de ce partenariat, le Service de Santé au Travail de la DRH, le Service Sécurité des Personnes et des Biens de la direction Ressources et l’Action sociale Humanis ont collaboré pour mettre en place des actions de sensibilisation à destination des salariés Humanis.

Le 7 avril dernier, Global Heart Watch est intervenu auprès de 29 sauveteurs secouristes du travail (SST) du site Humanis de Val de Fontenay, à l’occasion d’une des réunions périodiques d’échange, d’information et de rappel de l’organisation interne des secours et des moyens mis à disposition. Yannick Gaucher, Directeur Projets et Communication de l’association, ainsi qu’une infirmière, ont animé une partie de la session, sur le thème de la "prise en charge de la victime d’un arrêt cardiaque". Dans une ambiance conviviale et détendue mais concentrée et sérieuse, les présentations et ateliers ont permis aux SST de mettre leurs connaissances à jour et de consolider la pratique des gestes qui sauvent.

 

Le 15 juin dernier, Global Heart Watch est également intervenu auprès de 17 salariés Humanis du site de Lyon, dans le cadre de la semaine "Bien Vivre Ensemble au Travail" organisée par la Direction des Ressources Humaines.

 

Partager cet article :