Amour de vieillesse : la sexualité des personnes âgées

Si l'amour est universel, on dit aussi qu'il n'a pas d'âge et que le désir est un moteur de l'existence. Les amours de vieillesse sont une réalité que l'on rencontre fréquemment en maison de retraite et dans les EHPAD. Comment concilier bien-être, sécurité et sexualité des personnes âgées dans un établissement encadré et sous surveillance constante ?

 

Amour vieillesse sexualité

Sexualité des personnes âgées : une réalité bien ancrée

Si les personnes âgées n'imaginent pas forcément tisser ce genre de lien en entrant dans une maison de retraite ou en EHPAD, l'amour fait partie du quotidien de ces établissements, rythmé par les couples qui se font et se défont. Le sentiment amoureux peut en effet se manifester de manière aussi intense à 20 comme à 75 ans; comment, dès lors, laisser les sentiments et la sexualité des personnes âgées s'épanouir librement ?

Certains établissements d'accueil font le choix de laisser à leurs résidents un accès libre à l'extérieur si leur santé le permet, et aménagent leurs horaires de manière à répondre aux besoins de chacun, afin de laisser une certaine intimité aux couples.

VIVRE ces amours de vieillesse

Certaines relations sont connues au grand jour; les couples concernés peuvent alors, s'ils le souhaitent, emménager à deux dans un logement adapté. D'autres couples se font plus discrets pour préserver leur vie privée ou par crainte du regard extérieur.

La sexualité des personnes âgées est souvent une question délicate. En effet, une sexualité épanouie passe par un bien-être psychologique, qui dépend à la fois du regard des autres et de la vision que l'individu pose sur lui-même. La difficulté de se voir vieillir peut également affecter la vie intime de ces personnes avancées dans l'âge et leur ressenti.

Le rôle de l'entourage dans cette relation

Les personnes âgées voient parfois leur capacité cognitive et intellectuelle s'altérer avec le temps. Le rôle du personnel de la structure d'accueil est de veiller à ce que la relation amoureuse soit consentie par les deux personnes qu'elle engage.

La structure doit cependant éviter de se positionner en arbitre si le résident est en conflit avec ses enfants par rapport à sa situation amoureuse. En effet, certains enfants sont heureux, d'autres l'acceptent, tandis qu'une troisième partie rejette cette relation. La maison de retraite ou l'EHPAD doit alors se questionner: est-ce son rôle d'intervenir ? Faut-il informer la famille du résident s'il ne souhaite pas en parler ? En toute situation, un dialogue doit être créé avec le principal intéressé, pour agir dans son intérêt et lui permettre de mener une vie amoureuse sereine.

Partager cet article :