Consommation d'alcool chez les seniors : une addiction dévastatrice

Même si beaucoup de seniors diminuent leur consommation d'alcool avec l'âge, il arrive que certains d'entre eux développent une addiction. Loin d'être bénigne, l'addiction à l'alcool peut avoir de lourdes conséquences sur la santé des seniors. Quels sont les risques encourus ? Quels sont les comportements à adopter ?

 

Typologies des addictions à l'alcool

La consommation excessive d'alcool chez les seniors revêt plusieurs formes :

  • L'alcoolisme précoce
    Dans ce cas, l'addiction à l'alcool est installée depuis plusieurs années et perdure avec l'âge.

 

  • L'alcoolisme tardif (après 60 ans)
    Ce type d'alcoolisme résulte généralement d'une situation personnelle nouvelle bouleversant la vie de la personne. L'isolement, la retraite, la survenue d'un handicap, la dépression, le changement des conditions de vie ou la perte d'autonomie peuvent déclencher une addiction à l'alcool.
    L'alcoolisme tardif est souvent dissimulé aux proches qui voient dans les effets de l'alcool des signes liés à l'âge : chutes fréquentes, troubles de la mémoire…

L'addiction à l'alcool des seniors : des conséquences néfastes sur la santé

La consommation d'alcool chez les seniors et les personnes âgées est un problème de santé publique. Selon la Société Française d'Alcoologie, les hospitalisations des plus de 65 ans, imputées à l'alcool, ont augmenté de 100 % ces 10 dernières années.

Un seuil de tolérance à l'alcool qui diminue avec l'âge

En raison d'une dégradation physique naturelle, la résistance à l'alcool diminue avec l'âge. À quantité égale, l'alcool consommé par un sujet plus âgé mettra plus de temps à être éliminé par le corps que chez une personne plus jeune.

L'état de santé de la personne va se dégrader et notamment favoriser l'hypertension, la cirrhose du foie, l'insuffisance hépatique et les maladies cardio-vasculaires.

L'addiction à l'alcool augmente également la souffrance psychologique, aggrave un état dépressif et écarte la personne de toute vie sociale.

 

L'alcool et les médicaments : un mélange problématique

Un grand nombre de seniors et de personnes âgées suivent des traitements médicamenteux. La combinaison médicaments - alcool peut être dévastatrice notamment en cas de prise de psychotropes (sédatifs, somnifères, antidépresseurs, etc.). Une consommation d'alcool excessive peut en effet avoir une incidence sur l'action des médicaments et sur le métabolisme du foie.
Enfin, l'association de médicaments et d'alcool augmente le risque d'endormissement, altère les réflexes, diminue l'acuité visuelle et perturbe la coordination.

Modérer sa consommation d'alcool

Il est impératif d'adapter sa consommation d'alcool en fonction de son âge. Pour les hommes comme pour les femmes, si l'état de santé le permet, il convient de limiter sa consommation à 1 ou 2 verres par jour.

La consommation d'alcool, même minime, est fortement déconseillée lors d'un traitement médicamenteux lourd.

En cas d'addiction à l'alcool, il existe de nombreux dispositifs d'aide permettant de bénéficier d'un accompagnement tel le site Alcool-info-service.

 

Partager cet article :