​Point sur les maladies infectieuses hivernales et leur prévention

Chaque année avec le retour du froid, les maladies infectieuses se propagent au sein de la population. Si elles sont souvent passagères et anodines, elles peuvent néanmoins se révéler beaucoup plus graves, en particulier chez les personnes les plus faibles. Quelles sont ces maladies hivernales et comment les prévenir ?

 

Les maladies infectieuses les plus fréquentes

L'hiver, le froid et les lieux publics surchauffés favorisent l'apparition de maladies infectieuses telles que la grippe, le rhume, la bronchite ou la gastroentérite. Bénignes la plupart du temps, elles n'en sont pas moins désagréables et doivent être surveillées de près lorsqu'elles atteignent les personnes âgées, les nourrissons et les personnes touchées par une immunodéficience.

La grippe saisonnière

Souvent considérée comme une maladie hivernale sans gravité, la grippe saisonnière est pourtant la principale cause de mortalité infectieuse en France, avec 1 500 à 2 000 décès par an¹, en majorité chez les personnes affaiblies. Elle atteint principalement les voies respiratoires (nez, gorge et bronches) et s'accompagne souvent de frissons, de fièvre, de maux de tête, de courbatures, de quintes de toux et d'une grande fatigue. Ses symptômes sont ressentis pendant 5 à 6 jours avant de s'estomper.

La gastroentérite

La gastroentérite est une maladie virale provoquée par le rotavirus. Elle se traduit par des diarrhées et-ou des vomissements, qui durent 2 à 3 jours chez la plupart des malades. Comme la grippe, elle peut occasionner des maux de tête, des courbatures, de la fatigue et des poussées de fièvre. Son évolution doit être suivie de près notamment chez les personnes âgées qui peuvent se déshydrater très rapidement.

Le rhume

Maladie infectieuse très répandue, le rhume paraît quasiment inévitable en hiver. La maladie sensibilise les muqueuses nasales et les voies respiratoires (larynx, pharynx, bronches) et provoque des larmoiements, des éternuements, des écoulements nasaux et parfois de la fièvre et des maux de tête. S'il n'est jamais agréable, le rhume n'occasionne que rarement des complications.

La bronchite

Fréquente à l'automne et au début de l'hiver, la bronchite aiguë provoque une sensation de brûlure au niveau du sternum, une fièvre généralement peu élevée, des courbatures et une sensation de malaise physique. Elle engendre aussi une toux sèche, qui se mue en toux grasse au fur et à mesure que les symptômes disparaissent.

 

Le saviez-vous ?

Vous êtes malade et vous avez besoin d'un traitement médicamenteux ? Humanis prend en charge la consultation avec votre médecin traitant et les médicaments prescrits, qu'ils soient remboursés ou non par la Sécurité sociale.​

Découvrez notre offre de ​ mutuelle santé pour les 55 ans et +.

 

Préventions des maladies hivernales : les gestes utiles

S'il existe des moyens de lutter contre les infections saisonnières une fois celles-ci installées, il est aussi possible d'assurer la prévention de ces maladies hivernales grâce à des gestes simples.

La vaccination est le moyen le plus efficace de se prémunir contre certaines pathologies infectieuses de l'hiver. Particulièrement recommandé pour les seniors de plus de 65 ans, le vaccin contre la grippe doit être renouvelé chaque année, en raison de l'évolution du virus d'une année sur l'autre.

 

La prévention des maladies saisonnières passe également par certains « gestes barrières », comme se couvrir la bouche lorsque l'on tousse ou que l'on éternue.

En matière d'hygiène, l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé) recommande à tous de se laver les mains régulièrement afin d'empêcher la propagation des maladies ; les mains étant l'un des vecteurs principaux de transmission de nombreux virus et infections.

Pourtant, selon une étude de l'INPES réalisée en 2012 :

  • 80 % des Français déclarent se laver les mains en sortant des toilettes,
  • 60 % affirment le faire avant de manger,
  • moins de 30 % pensent à se laver les mains après avoir pris les transports en commun ou après s'être mouchés.

 

Il est donc primordial de rendre ce geste systématique en rentrant du travail ou d'un lieu public, avant de préparer les repas et de manger, avant de s'occuper d'un proche et après avoir été en contact avec une personne malade.

Chez tous les individus, malades ou non, ces gestes doivent devenir un réflexe pour être efficaces et prévenir les maladies hivernales.

 

¹ Source: Institut Pasteur

Partager cet article :