Comment ne plus oublier de prendre ses médicaments

Prenant en moyenne une demi-douzaine de médicaments différents, les seniors sont statistiquement nombreux à se tromper dans leur prise de médicament. Sur ce sujet devenu problème de santé publique, des solutions, certaines de bon sens et liés à un meilleur accompagnement, d’autres plus innovantes, existent.

Comment ne plus oublier de prendre ses médicaments

La polymédication des séniors : attention danger !

Les séniors, en France, sont bien souvent "polymédiqués" Une étude menée en France en 2017 concluait au fait qu’un tiers des plus de 65 ans prenaient, sur une période de trois mois, plus de sept médicaments différents. La moyenne, parmi ces personnes "polymédiquées", atteint même le nombre très élevé de 14 médicaments différents par patient.

La prise de nombreux médicaments augmente naturellement le risque de subir les conséquences de combinaisons malencontreuses et d’associations médicamenteuses à risque. Il est d’ailleurs très fréquent que les séniors "polymédiqués" se voient prescrire des médicaments de la part de plusieurs médecins (presque trois médecins différents en moyenne), ce qui multiplie le risque d’une information incomplète au moment de la prescription.

La mauvaise prise de médicaments, un danger qui tue

Les plus de 65 ans ayant une affection de longue durée et les plus de 75 ans prennent en moyenne six médicaments différents, d’après les chiffres de l’Assurance maladie. Celle-ci alerte régulièrement sur les risques liés à cette polymédication des séniors, partant du constat que ce que l’on nomme la iatrogénie médicamenteuse, soit l’ensemble des "effets indésirables provoqués par les médicaments", est responsable d’environ 7 500 décès de séniors chaque année, et de nombreuses hospitalisations. Ces décès sont dus soit à des effets indésirables et à des allergies inconnues au moment de la prise soit à deux autres phénomènes qui sont eux, évitables : une mauvaise combinaison des effets des médicaments pris et surtout une erreur dans la prise du médicament.

 

 

Ne pas oublier ses médicaments : des solutions existent

De surcroît, un autre risque existe : celui de se tromper dans la prise de médicament en elle-même et dans le respect de sa posologie. Un risque d’autant plus élevé que les troubles de la mémoire sont fréquents chez les plus de 65 ans, et que le risque en soi est multiple : erreur dans le dosage, erreur sur le moment (matin ou soir, après repas ou non) de la prise, erreur sur la durée du traitement, sur le médicament pris (mélange), etc.

Un premier ensemble de solutions, que l’on pourrait appeler : solutions de bon sens, existe.

Il s’agit :

  • de bien comprendre son traitement et, pour ce faire, de se le faire expliquer par un professionnel de la santé (médecin, pharmacien ou auxiliaire spécialisé)
  • de consulter régulièrement un médecin pour évaluer l’efficacité de son traitement
  • de s’habituer à identifier et reconnaître ses différents médicaments.

 

Il est important, pour ce type de solutions, de ne pas rester seul face à une incompréhension, un doute ou tout désarroi.

Prise de médicaments : piluliers… et piluliers intelligents

Pour bien prendre ses médicaments, d’autres solutions, plus pratiques, existent. Être consciencieux et ordonné pour tout ce qui concerne ses médicaments, surtout lorsqu’ils sont nombreux, est ainsi tout indiqué : bien les ranger, écrire leur posologie sur leur boîte ou sur un carnet dédié, se programmer des alarmes, etc. : tout cela peut concourir à réduire le nombre d’erreurs.

Les piluliers, dans les compartiments desquels on peut stocker ces médicaments en ayant au préalable déterminé les doses précises que l’on souhaite prendre, et le rythme de la prise, sont ainsi souvent utilisés. Semainiers ou journaliers, voire mensuels, ils peuvent être achetés en pharmacie ou para-pharmarcie.

Depuis quelques années, l’ère des piluliers intelligents est arrivée. Ces piluliers font même parfois office d’assistant et certains, sortes de petits robots domestiques vont ainsi surveiller la consommation de médicaments du patient (distribution des médicaments et alertes, y compris sur la nécessité d’aller renouveler son traitement) mais aussi répondre aux questions qu’il se pose sur sa santé. De nombreux autres types de piluliers connectés existent sur ce marché ; certains émettent des alertes pour rappeler les prises mais préviennent aussi les proches (par sms ou appel) que la prise a bien été faite et se manifestent si une erreur a été commise, ce qui permet de détecter davantage d’erreurs. Un historique des prises est également tenu à jour, le tout pouvant contribuer au maintien à domicile du patient.