OPTAM et OPTAM-CO, la relève du CAS

L’Option Pratique Tarifaire Maîtrisée vise à remplacer le Contrat d’Accès aux Soins et améliorer ses résultats en apportant un cadre conventionnel plus lisible et attractif pour les professionnels de santé. Dans la lignée du CAS, l’OPTAM a également pour objectif de réduire le reste à chargereste à chargeMontant qui reste à votre charge après intervention du Régime Obligatoire et/ou de la Mutuelle. Lire la suite des patients.

OPTAM et OPTAM-CO, la relève du CAS

la convention médicale

Depuis le 1er janvier 2017, la convention médicale prévoit de remplacer le CAS par d’autres dispositifs :

  • l’OPTAM, destinée à l’ensemble des médecins,
  • l’OPTAM-CO,

 

destinée aux médecins qui exercent en chirurgie et en obstétrique. L’objectif est de favoriser l’accès aux soins des assurés, en incitant les professionnels de santé à la modération tarifaire.

Les médecins signataires de l’OPTAM et de l’OPTAM-CO s’engagent à :

  • limiter le taux de dépassement d’honoraires,
  • réduire le reste à charge des assurés.

 

Si ces engagements sont respectés, les professionnels de santé peuvent prétendre à une "rémunération spécifique" (l’avantage ne réside plus dans la prise en charge d’une partie des cotisations sociales des médecins, comme c’était le cas sous l’empire du CAS).

Pour savoir si un praticien est signataire de l'OPTAM ou de l'OPTAM-CO,

Rendez-vous sur : 

 

La CNAM développe une aide pour les praticiens

Un autre avantage lié à l’OPTAM et de l’OPTAM-CO : une nouvelle aide pour les médecins.

Afin d’inciter les médecins à pratiquer dans les zones en insuffisance d’offres de soins, la CNAM (caisse nationale d’assurance maladie) prévoit une aide à l’installation d’un montant maximal de 50 000 €.

Pour en bénéficier, les praticiens devront, sur une période minimale de 5 ans, s’installer dans les "déserts médicaux", exercer en secteur 1 ou 2 en souscrivant à l’OPTAM et exercer en groupe de médecins ou en groupe pluri-rofessionnel.

Cette aide sera versée à 50 % à la signature du contrat et 50 % un an suivant la signature.

 

Pour rappel

  • secteur 1 : tarifs qui servent de base au remboursement de la caisse d'assurance maladie,
  • secteur 2 : tarifs libres et fixés par le médecin, avec "tact et mesure", selon les exigences de la caisse d'Assurance maladie. L'assurance complémentaire santé peut prendre en charge, une partie ou la totalité du remboursement, selon son taux de remboursement.

    Un impact sur le prix des consultations

    Autres changements pour 2017 : la hausse du prix des consultations chez les généralistes et spécialistes de santé.

    Au 1er mai 2017, la convention médicale prévoit une majoration de 2 € pour une consultation chez un généraliste (celle-ci passe donc de 23 à 25 €) et chez les spécialistes au 1er juillet 2017 (passant donc de 28 à 30 €). Le reste à charge ne change pas.

    Concernant la consultation chez un généraliste, la Sécurité sociale, rembourse 70 % du tarif de la sécurité sociale (duquel est déduit la participation forfaitaire de 1€) soit 16,50 €, et la complémentaire prend à sa charge 30 %, soit 7,50 €.

    Quant à la consultation chez un généraliste, elle passera à 30 € pour les enfants de moins de six ans le 1er mai 2017 et la visite d’un neurologue, d’un psychiatre ou d’un neuropsychiatre passera à 39 € d’ici le 1er juillet 2017 (contre 37 € auparavant).

    L’évolution du CAS en OPTAM et OPTAM-CO ouvre donc la voie à des augmentations tarifaires sur des actes à tarifs opposables.

    Pour résumer, l’OPTAM et l’OPTAM-CO tendent à favoriser l’accès aux soins des assurés en incitant les professionnels de santé à la modération tarifaire pour améliorer le niveau de remboursement de l’Assurance maladie et réduire le reste à charge des assurés.

    Partager cet article :