Ostéoporose : signes, examens et prévention

L'ostéoporose est une maladie qui se caractérise par une baisse progressive de la densité osseuse, associée à une modification profonde de la structure interne de l'os. Elle touche plus particulièrement les femmes souffrant de ménopause et les expose à un risque accru de fracture. Quels sont les signes de l'ostéoporose ? Quel examen permet de dépister cette maladie ? Comment prévenir l'ostéoporose ?

 

Les signes de l'ostéoporose

Cette maladie touchant les os est relativement insidieuse. Il n'existe généralement pas de signes de l'ostéoporose; la maladie s'installe de manière silencieuse et est souvent identifiée à la suite d'une fracture survenant dans un contexte inhabituel, comme une chute qui aurait dû s'avérer bénigne dans la plupart des cas.
En matière de fractures, les vertèbres, le col du fémur et les poignets sont des zones charnières qui doivent être particulièrement surveillées.
Les femmes, parmi lesquelles les plus de 65 ans représentent 39 %¹ des personnes atteintes, doivent prêter une attention particulière aux fractures, a fortiori si elles surviennent après la ménopause. Elles peuvent en effet être le signe d'une ostéoporose déjà bien installée.

L'ostéodensitométrie, l'examen permettant de déceler l'ostéoporose

L'ostéodensitométrie est l'examen de référence permettant de diagnostiquer les personnes atteintes d'ostéoporose. Il permet de mesurer la densité minérale des os présents dans le corps. Ce sont le rachis (la colonne vertébrale) et le col du fémur qui sont principalement observés lors de cet examen.

À qui cet examen s'adresse-t-il ?

L'ostéodensitométrie est uniquement accessible sur ordonnance médicale. Cet examen est généralement préconisé pour des profils bien spécifiques :

  • les personnes qui ont subi des fractures « suspectes », sans qu'il n'y ait eu de choc véritablement violent;
  • les individus souffrant d'affections pouvant conduire au développement d'une ostéoporose comme l'hyperthyroïdie;
  • les femmes qui présentent un Indice de Masse Corporelle (IMC) inférieur à 19;
  • les femmes souffrant de ménopause précoce, avant l'âge de 40 ans généralement;
  • les personnes qui comptent parmi leurs proches immédiats, des personnes ayant souffert de fractures du col du fémur ou de la hanche;
  • les femmes ménopausées, dont le traitement anti-ostéoporotique a été arrêté.

Déroulement de l'examen

L'examen de diagnostic de l'ostéoporose, l'ostéodensitométrie, s'étend sur une quinzaine de minutes. Il consiste en une simple radiologie, au cours de laquelle la patiente est allongée sur une table dédiée. L'ostéodensitométrie est totalement indolore et représente peu de danger pour la santé en raison du très faible taux d'exposition aux rayons X qu'elle entraîne.

Cet examen ne nécessite aucune préparation particulière ; les patientes ne doivent pas venir à jeun et ne se voient injecter aucun liquide pour faciliter l'analyse du spécialiste.

L'examen de dépistage de l'ostéoporose est partiellement pris en charge par l'Assurance Maladie. Il est remboursé à hauteur de 70 % sur la base d'un tarif de référence de 39,96 euros². Le reste à chargereste à chargeMontant qui reste à votre charge après intervention du Régime Obligatoire et/ou de la Mutuelle. Lire la suite peut éventuellement être financé par votre mutuelle santé.

 

Le saviez-vous ?

La mutuellemutuelleGroupement à but non lucratif qui, essentiellement au moyen des cotisations des membres, se propose de mener dans l'intérêt de ceux-ci une action de prévoyance, de solidarité et d'entraide. Lire la suite Radiance Humanis Santé prend en charge l'ostéodensitométrie jusqu'à 90 €.

Découvrez plus en détails l'offre.

 

Le diagnostic de l'ostéoporose : comment ça fonctionne ?

L'examen de dépistage de l'ostéoporose permet d'obtenir une mesure de la densité minérale de l'os qui est ensuite comparée à une valeur de référence s'appliquant à une personne de même sexe mais plus jeune. La valeur obtenue en faisant la différence des deux valeurs est le T-score.
L'OMS considère qu'une femme possède une densité osseuse normale lorsque son T-score s'élève à -1. Entre -2,5 et -1, on parle d'ostéopénie, c'est-à-dire d'une diminution de la résistance osseuse. Un T-score inférieur ou égal à -2,5, indique une ostéoporose; cette dernière est jugée « sévère » si elle s'accompagne de plusieurs fractures.

On notera que plus la perte de masse minérale osseuse est importante, plus le risque de souffrir d'ostéoporose est élevé pour la patiente.

La prévention de l'ostéoporose

La prévention de l'ostéoporose passe essentiellement par le maintien de la masse osseuse. Cette dernière tend à diminuer avec l'âge et la baisse peut considérablement s'accélérer à partir de 50 ans.

Pour prévenir l'ostéoporose, le respect de quelques conseils s'impose :

  • Privilégiez les repas sains et équilibrés, et accordez une place importante aux produits contenant du calcium à l'image des laitages et des eaux minérales dites « calciques ». Les aliments riches en vitamine D, cette vitamine essentielle à la santé des dents et des os et qui favorise l'absorption du calcium, ne doivent également pas être négligés. On en retrouve dans une grande variété d'aliments comme les poissons gras (saumon, sardine, maquereau, hareng…), le beurre ou le jaune d'œuf. À noter que la fixation de la vitamine D est favorisée par une exposition régulière au soleil.
  • Pratiquer régulièrement une activité physique : course à pied, vélo, marche, gym douce, natation... il existe une multitude de sports qui vous permettront de rester en forme tout au long de votre vie et contribueront à prévenir l'ostéoporose.
  • Limiter sa consommation d'alcool et fumer le moins possible : le tabac et l'alcool sont deux facteurs de risques non négligeables. Le tabac, en particulier, agit sur les cellules qui forment l'os et peut accélérer la survenue de l'ostéoporose.

 

La prévention de l'ostéoporose est essentielle dans la mesure où cette maladie peut s'avérer très invalidante sur le long terme, cela en raison de la gravité de fractures, qui tend à s'intensifier.

 

¹ Source: INSERM
² Sources: ameli.fr

Partager cet article :