​​Principaux troubles de la vue et maladies de l'œil chez les seniors

L'avancée en âge peut entraîner la survenue de différentes maladies de l'œil ou de troubles de la vision chez les seniors​. Presbytie, glaucome, cataracte ou DMLA, découvrez tout ce qu'il faut savoir, avec Humanis.​ ​

 

La cataracte

La cataracte est une maladie de l'œil survenant le plus souvent aux alentours de 60 ans et touchant près d'une personne sur cinq à partir de 65 ans. Elle se caractérise par une opacification du cristallin, qui empêche la lumière d'atteindre la rétine et provoque une vision floue.

Ce trouble de la vue qui touche les seniors entraîne généralement une sensibilité exacerbée à la lumière, une diminution de la perception des contrastes, l'apparition de halos lumineux, une baisse de l'acuité visuelle mais aussi une difficulté à appréhender les reliefs et la sensation d'avoir un voile devant les yeux.

La cataracte est essentiellement due au vieillissement naturel de l'œil. Cependant, le tabagisme, certaines maladies comme le diabète, une forte myopie mais aussi une consommation élevée d'alcool et les rayonnements du soleil peuvent constituer des facteurs de risques. Un traumatisme au niveau des yeux peut également favoriser l'apparition de ce trouble de la vue chez les seniors.

La cataracte est l'une des maladies de l'œil les plus courantes en France. Elle est traitée par le biais d'une opération de chirurgie ambulatoire (la personne opérée peut rentrer chez elle le jour même) sous anesthésie locale. Le chirurgien retire le noyau du cristallin et le remplace par un implant intra-occulaire.

 

Le saviez-vous ?

Radiance Humanis Santé prend en charge jusque 300 % de la base de rembousement les dépassements d'honoraires pratiqués lors d'une opération de la cataracte. Découvrez plus en détails l'offre pour les 55 ans et +.

 

La DMLA, dégénérescence maculaire liée à l'âge

La dégénérescence maculaire liée à l'âge est une maladie de l'œil qui touche environ 8 % de la population française¹ et une personne sur dix entre 65 et 75 ans.

Elle touche la zone centrale de la rétine, la macula, qui est sujette à un vieillissement prématuré.

La DMLA se décline sous deux formes, la DMLA sèche (ou atrophique) et la DMLA humide (ou exsudative). Dans le premier cas, qui concerne la majorité des patients, la maladie évolue sur plusieurs années. La macula s'atrophie au fil du temps et des dépôts se forment dans la rétine, conduisant à une perte graduelle de la vision centrale. Sous sa forme humide, qui est plus grave et constitue parfois le second stade d'évolution de la maladie, la DMLA entraîne la formation de vaisseaux sanguins. Ces vaisseaux accélèrent brutalement la perte de la vision centrale et peuvent précipiter l'invaliditéinvaliditéEtat d’une personne atteinte d’une affection réduisant selon la catégorie d’invalidité sa capacité de travail et donnant droit à une pension d’invalidité (dont le montant varie selon la catégorie d... Lire la suite.

En termes de symptômes, les personnes souffrant de DMLA sont exposées à plusieurs types de troubles de la vision. Une ondulation des lignes droites, une difficulté à percevoir les couleurs et les contrastes, une vision altérée dans l'obscurité ou encore l'apparition de tâches sombres dans le champ de vision peuvent être autant de manifestations de cette maladie de l'œil qui touche les seniors. Au fil du temps, la réalisation des tâches quotidiennes devient difficile. L'âge, le tabac et des facteurs héréditaires peuvent favoriser la survenue de la maladie.

La DMLA sèche ne peut pas être traitée ; seule la forme humide peut faire l'objet d'un traitement médicamenteux pour limiter le développement des néovaisseaux (traitement antigiogénique) ou les obstruer pour limiter leur évolution (photothérapie dynamique).

 

La presbytie

La presbytie est un défaut commun de la vision qui se manifeste vers 40 ans.

Ce trouble de la vision est dû à une perte de souplesse du cristallin liée à l'avancée en âge. En pratique, le cristallin ne parvient plus naturellement à adapter sa forme afin que l'œil puisse passer de la vision de loin à la vision de près. Les personnes souffrant de cette difficulté d'accomodation doivent souvent tendre les objets et les documents à bout de bras afin de mieux les voir et pouvoir lire correctement. L'inconfort tend à se manifester en cas de fatigue ou de faible éclairage.

À noter que les personnes sujettes à l'hypermétropie ou à l'astigmatie sont souvent touchées plus tôt par ce trouble de la vision.

La presbytie est souvent traitée par la prescriptionprescriptionCe délai est de 2 ans à compter de la date des soins. Au-delà votre acte ne pourra être remboursé. Lire la suite de lunettes équipées de verres progressifs ou de lentilles. Ces verres particuliers sont « divisés » en deux et permettent de voir au loin grâce à la partie haute et de voir de près grâce à la partie inférieure. Dans certains cas, une chirurgie réfractive de l'œil peut être prescrite. Elle permet de modifier la courbure de la cornée et de créer deux zones de vision, à l'image de ce que permettent les verres progressifs. La mise en place d'implants, comme lors de la chirurgie de la cataracte, constitue une seconde option chirurgicale.

Le glaucome

Cette maladie de l'œil se manifeste par une augmentation sensible de la pression à l'intérieur de l'œil. Cette pression est due à une dégradation du nerf optique ; elle cause des troubles de la vue chez les seniors qui réduisent progressivement le champs visuel.

On distingue le glaucome à angle ouvert et le glaucome à angle fermé. Le premier, qui concerne plus de 80 % des cas, se caractérise par une accumulation de l'humeur acqueuse dans l'œil. Dans le second cas, la maladie est due à une malformation de l'œil. Côté symptômes, le glaucome à angle ouvert est une maladie s'avérant souvent insidieuse et peut être asymptomatique pendant plusieurs années. Une douleur inhabituelle ressentie au niveau des yeux, une baisse de l'acuité visuelle, une dégradation de la vision périphérique constituent des signes d'alerte. Dans le cas du glaucome à angle fermé, la tension oculaire est souvent soudaine.

À l'heure actuelle, le glaucome ne peut être guéri mais il est possible d'empêcher sa progression. La prescription de collyre, une intervention au laser et en dernier recours un acte chirurgical peuvent être envisagés.

Le vieillissement de l'œil est inéluctable. Il convient en tant que senior d'accorder une attention particulière à la santé de ses yeux en prenant régulièrement rendez-vous chez un ophtalmologue, à raison d'une fois par an par exemple.

 

¹ Source Inserm: http://www.inserm.fr/thematiques/neurosciences-sciences-cognitives-neurologie-psychiatrie/dossiers-d-information/degenerescence-maculaire-liee-a-l-age-dmla

Partager cet article :