​Problème d'incontinence des personnes âgées : un impact psychologique à ne pas négliger

Chez les personnes âgées, les problèmes d'incontinence sont souvent un facteur de stress qui les contraint à l'isolement et génère une perte de confiance en soi. Une prise en charge médicale et un accompagnement adapté permettent de réduire les impacts psychologiques de l'incontinence chez les personnes âgées.

 

L'incontinence chez les personnes âgées en chiffres

En France, plus de 3 millions de personnes souffrent d'un problème d'incontinence¹. Les femmes représentent 75 % des personnes touchées; une forte proportion due à l'anatomie des femmes, qui possèdent un urètre plus court, mais aussi aux modifications que subit le corps féminin au fil des années, entre les éventuelles grossesses, les accouchements et les changements hormonaux liés à la ménopause​.

L'incontinence chez les personnes âgées augmente avec l'âge et touche 15 à 20 % des plus de 60 ans. Les chiffres oscillent entre 20 et 30 % pour les plus de 65 ans vivant à domicile et atteignent jusqu'à 80% des personnes vivant en institut spécialisé².

Les problèmes d'incontinence sont souvent sous-diagnostiqués et sous-traités ; les médecins seraient 32 % seulement à poser systématiquement des questions sur l'incontinence à leurs patients âgés. De leur côté, on estime que 50 à 75 % des seniors n'évoquent pas les symptômes dont ils souffrent avec leur médecin, par gêne ou par acceptation d'un désagrément qu'ils considèrent comme inévitable avec les années.

 

Le saviez-vous ?

Dans 80 % des cas, l'incontinence des personnes âgées peut être améliorée ou soignée³. Parlez-en à votre médecin. Humanis vous accompagne en complétant la prise en charge de la Sécurité sociale et en prenant ainsi les dépassements d'honoraires.

Découvrez l'offre dédiée aux 55 ans et +.

 

Problème d'incontinence et impact psychologique

L'incontinence n'est pas qu'un problème physiologique. Elle a aussi une incidence sur la qualité de vie, les relations avec autrui et la vie privée de la personne qui en souffre.

Des interactions limitées avec le monde extérieur

Les problèmes d'incontinence renvoient souvent à l'image du vieillissement et de la dépendance. Les personnes souffrant d'énurésie ont la sensation de perdre le contrôle de leur corps et sont déstabilisées à l'idée de ne pas maîtriser une fonction aussi primaire.

Par ailleurs, l'incontinence chez les personnes âgées joue un rôle dans les interactions sociales du malade. Celui-ci a en effet tendance à fuir le contact avec l'extérieur et à cesser ses activités sportives ou culturelles. En cause : la peur de s'oublier en public, la gêne olfactive générée par la maladie et l'appréhension à l'idée de se trouver dans une situation inconfortable sans pouvoir y remédier immédiatement.

La gêne est aussi fonctionnelle, puisqu'elle pousse celui qui en souffre à se lever plusieurs fois par nuit et à aller plus souvent aux toilettes. Si la personne est dépendante, la gêne est accompagnée de culpabilité par rapport aux enfants ou au personnel aidant qui doivent prendre en charge cette déficience, changer le patient ou lui faire sa toilette intime.

Des signes annonciateurs

Quelques changements de comportement peuvent prévenir l'entourage des problèmes d'incontinence rencontrés par un senior. Une personne âgée qui commence à laver ses sous-vêtements toute seule par exemple, ou qui devient de plus en plus casanière, peut indiquer un mal-être lié à l'énurésie.

Les proches qui découvrent l'existence du problème sont le plus souvent désœuvrés et embarrassés. Il est pourtant important de faire comprendre au senior qu'à un âge avancé, il est tout à fait normal de connaître ce type de dysfonctionnement, puisque tous les organes deviennent moins performants avec les années. Il est également important de consulter un médecin pour en parler avec un spécialiste et trouver une solution adaptée à l'avancée du trouble.

 

Sources chiffrées :
¹ Haab, 2007.
² Robain et al, 2006.
³ Hôpitaux Universitaires de Genève, 2012.

Partager cet article :