Sédentarité des seniors : attention danger !

La sédentarité est un problème de santé publique qui ne doit pas être négligé ; selon l'OMS, elle constituerait le 4ème facteur de risque de décès mondial. Qu'est-ce que la sédentarité chez les seniors ? Quelles en sont les causes ? Comment lutter contre ce manque d'activité ?

 

La sédentarité des seniors, un véritable fléau

D'un point de vue médical, la sédentarité désigne un manque d'activité physique entraînant des dépenses énergétiques insuffisantes au quotidien.

Causes de la sédentarité chez les seniors

La sédentarité chez les seniors, tout comme chez les personnes plus jeunes, est principalement due à une évolution des modes de vie. Dans la vie professionnelle, comme dans la vie personnelle, les technologies modernes, les nouvelles méthodes de travail, la démocratisation des véhicules … occasionnent tout naturellement une baisse de notre activité physique journalière.

Quelles conséquences ?

L'avancée de l'âge modifie le corps et peut causer une altération de la condition physique. Il s'agit d'un phénomène normal touchant chaque individu, mais pouvant s'accélérer et-ou s'intensifier si la personne n'a pas entretenu « son capital forme » en ne pratiquant aucune activité régulière.

Le manque d'activité physique chez les seniors et les personnes âgées se traduit généralement par une fragilisation du cœur ; une augmentation de sa masse, des troubles du rythme cardiaque pouvant entraîner des difficultés à reprendre son souffle, une altération du remplissage des ventricules …
Selon l'OMS, elle favorise également certaines maladies. La sédentarité est à l'origine de 30 % des cardiopathies ischémiques, 27 % des cas de diabète et 21 à 25 % des cas de cancer du sein et du côlon. À cela s'ajoute l'augmentation des risques d'accidents cardiovasculaires, l'obésité, etc.

La sédentarité, notamment chez des seniors, est l'origine d'un cercle peu vertueux. Au fil du temps, le corps se déshabitue à l'effort, gagne en graisse et perd en souplesse et en muscles, ces derniers n'étant pas assez sollicités. Parallèlement, il n'est pas rare qu'un manque de motivation soit ressenti lorsque des efforts sont réalisés, en raison de la souffrance qui y est associée. Un cycle de déconditionnement physique sans fin se crée régulièrement.

 

Le sport pour réduire les effets du vieillissement

Il n'y a pas de mystère, le sport demeure le principal moyen de limiter les effets néfastes de la sédentarité. S'il n'endigue pas le phénomène de vieillissement, il permet de se maintenir en bonne santé physique et psychique : diminution des risques de dépression, de fractures du col du fémur, maîtrise du poids, autonomie

L'OMS recommande pour les adultes âgés de 18 à 64 ans, un minimum hebdomadaire de 150 minutes d'activité d'endurance modérée ou de 75 minutes d'activité soutenue. L'activité peut revêtir plusieurs formes : sport collectif ou individuel et pratique régulière des tâches de la vie courante (aller faire ses courses à pied, se balader, faire du bricolage ou le ménage, etc.).

La lutte contre la sédentarité ne doit pas rimer avec excès. Il est important de respecter ses capacités physiques et éviter les efforts intenses et soudains lorsque le corps n'est pas ou plus habitué.

 

Le saviez-vous ?

La reprise d'une activité physique après une longue interruption nécessite d'effectuer un bilan de santé. La mutuelle Humanis vous accompagne en prenant en charge vos consultations et vos éventuels examens médicaux.
Découvrez en détails la mutuelle santé adaptée aux 55 ans et +.

 

Partager cet article :