Séniors et nouvelles technologies : par-delà la fracture numérique

Les nouvelles technologies entrent toujours plus dans le domicile des séniors. Mais quelles sont-elles et quels objectifs poursuit-on en les installant ? Avec la maison connectée, c’est en fait l’autonomie des séniors (et en particulier le maintien à domicile) qui pourrait de plus en plus être garantie…

Séniors et nouvelles technologies : par-delà la fracture numérique

Objets connectés et séniors : quelles pratiques ?

Les séniors seraient-ils finalement épargnés par ce que l’on appelle la "fracture numérique" phénomène exprimant une grande inégalité d’accès aux dernières technologies entre différentes catégories de population ? Plus de trois quarts des Français de plus de 50 ans (86% très exactement) savent en tout cas ce qu’est un objet connecté, d’après un sondage récent. Trackers d’activité, bracelets et autres montres connectées permettant de suivre son activité cardiaque sont en particulier connus de plus de la moitié des séniors. Aux Etats-Unis, les bracelets connectés sont depuis plusieurs années considérés utiles par une très grande majorité des séniors, qui y voient un intérêt pour se motiver à être plus régulier dans leurs activités physiques, ainsi que plus directement pour améliorer leur santé (en monitorant leurs propres données personnelles : tension, rythme cardiaque, etc.).

Connu mais toutefois pas utilisé : en France, seul un quart des séniors a ainsi fait l’expérimentation de tels appareils. L’existence d’appareils auditifs connectés (c’est-à-dire la totalité des appareils auditifs désormais mis en circulation) est par ailleurs méconnue d’une grande majorité des seniors qui, lorsqu’on les informe, y voient pourtant l’utilité. Reste enfin la complication que peut représenter l’aspect proprement technique de ces appareils (l’installation ou la synchronisation de tels appareils avec ses autres équipements, par exemple), ou la crainte que ses données personnelles soient utilisées.

Nouvelles technologies pour les séniors : quels avantages pour la santé ?

L’intérêt des montres et tensiomètres connectés ne semble plus à démontrer. Ils offrent de nouvelles solutions pour faciliter le quotidien des seniors. En cas de difficulté, un médecin peut être appelé automatiquement. Certains outils permettent de recueillir des informations santé et de les envoyer aux médecins qui peuvent guider leurs patients seniors dans la lecture et l’interprétation de ces données et adapter les traitements en conséquence.

Le maintien à domicile et la prévention des accidents de santé sont les premiers concernés par ces évolutions. Et c’est plus globalement l’autonomie même des séniors que les technologies pourrait contribuer à améliorer, en permettant d’assurer, comme ce chercheur l’évoque, "un suivi plus régulier". L’Internet des objets fait en effet entrer au domicile (qui devient un "domicile intelligent") des objets communicants qui permettent le suivi à distance du quotidien d’un sénior, et ce dans un ensemble de domaines (la santé, mais aussi l’alimentation ou l’hygiène). Des caméras ou autres dispositifs de téléassistance et de domotique connectée, détectant en particulier en temps réel les chutes ou les absences prolongées de son lit, peuvent également permettre une réponse plus rapide à ce genre d’incidents. Pour les gestes quotidiens, le numérique aussi est là : voir par exemple les piluliers connectés qui promettent une prise de médicaments "sécurisée".

Sur le plan des interactions sociales, enfin, les robots-compagnons s’affirment comme une profonde avancée. En France, des entreprises se lancent avec un certain succès dans ce secteur.