Assurance décès : À quel age y souscrire ?

L’assurance décès vise à épargner tout souci financier à ses proches. Mais quand y souscrire ? Parmi les questions liées à ce type de garantie, celle de l’âge est en effet cruciale. Durée des cotisations, âge minimum et maximum de souscription, meilleur âge pour y souscrire : tout ce qu’il faut savoir.

Assurance décès : À quel age y souscrire ?

L’assurance décès : qu’est-ce que c’est ?

L’assurance décès fait partie des différents types de garanties auxquels il est possible d’avoir recours afin de couvrir ses proches en cas de décès. Il s'agit tout simplement de prévoir le versement, à son décès, d'une somme, capital ou rente, à un bénéficiaire désigné au préalable. On y souscrit à titre individuel ou dans le cadre d’un contrat collectif, engagé par son employeur, et cette souscription vaut pour une durée limitée… ou non.

En d’autres termes, les cotisations sont versées soit pendant une certaine durée (on parle alors d’assurance temporaire), soit jusqu’au décès (assurance vie entière). Et, dans le cas d’une assurance temporaire, au-delà de la période de cotisations prévue par le contrat (chez Humanis, elle est de 10 ans), l’assuré continue d’être garanti pour le capital souscrit.

Des contrats traditionnellement accessibles jusqu’à 65 ans

C’est le contrat d’assurance qui va déterminer l’âge minimum et l’âge maximum entre lesquels on va pouvoir souscrire une assurance décès. Il convient donc de se renseigner, directement auprès de son assureur potentiel, des conditions d’âge qui sont prévues. De manière générale, on peut souscrire à partir de l’âge de 18 ans à une assurance décès, même s’il peut arriver que certains contrats prévoient une souscription plus jeune, dès 16 ans. L’âge maximum de souscription, quant à lui, est traditionnellement de 65 ans maximum. Là encore, il s’agit de vérifier les conditions prévues dans le contrat, sachant que cet âge maximum peut varier de 55 ans à 68, 70 voire 75 ans.

Pour calculer si l’on rentre bien dans la fenêtre d’âge, il faut généralement se référer au 1er janvier de l’année d’effet du contrat et la comparer avec le 1er janvier de son année de naissance.

Y a-t-il un "bon âge"  pour souscrire à une assurance-décès ?

Résumons : en règle générale on peut souscrire à une assurance-décès de 18 à 65 ans (parfois, plus tard) et ce pour une durée qui peut être indéterminée (jusqu'au décès) ou fixée pendant une certaine période de temps. On adhère pour un an, le contrat étant renouvelé par tacite reconduction, et les cotisations sont payées chaque mois, trimestre, semestre ou année.

Mais à quel âge, alors, souscrire ? Tout dépend, en fait, de son objectif et de sa situation : couples avec enfants à charge, non mariés ou avec une différence d’âge, etc.

Plusieurs éléments, toutefois, sont à connaître pour faire le bon choix.

Tout d’abord, sauf cas particuliers, la garantie prend effet dès le lendemain de la souscription. Ensuite, plus vous souscrivez jeune, plus le montant de la cotisation versée sera faible. Enfin, chez certains assureurs, certaines garanties, comme la garantie liée à la perte totale d’autonomie, dite PTIA, n’ont plus effet à partir d'un certain âge. Il s’agit donc de se renseigner — c’est très souvent gratuit — auprès d’un conseiller !

 

Le saviez vous ?

Humanis vous propose 2 solutions d'assurance décès :

  • Capital Décès : avec une adhésion possible jusqu’à 69 ans pour un capital allant jusqu’à 90 000€
  • Suralia : avec une adhésion possible jusqu’à 79 ans, pour un capital allant jusqu’à 150 000€