La grossesse pathologique, une complication à prendre au sérieux

Chaque année en France, 20 % des femmes sont confrontées à des grossesses pathologiques. Ce type de grossesse comporte des risques, pour la future maman comme pour le bébé et nécessite un suivi médical particulier.

La grossesse pathologique, une complication à prendre au sérieux

Quand la grossesse devient-elle pathologique ?

Il existe différentes formes de grossesses pathologiques, nécessitant à chaque fois un traitement approprié mis en place par le spécialiste.

Deux cas se distinguent particulièrement :

  • Le diabète gestationnel : il s’agit d’une intolérance au sucre diagnostiqué durant la grossesse. Cette pathologie peut entrainer des complications chez la femme comme chez le fœtus. Le bébé peut présenter de l’hypoglycémie à la naissance. Egalement, l’accouchement peut être compliqué voir prématuré dans la mesure où l’enfant peut naître  en état de surpoids. Cette forme de diabète est dépistée par une analyse d’urine ou de sang.
  • La toxémie gravidique : c’est une maladie rénale entraînant de l’hypertension. Cette complication, également appelée pré-éclampsie, apparaît aux environs de la 20ème semaine. Une hypertension élevée, la présence de protéines dans les urines, une prise de poids anormale et l’apparition d’œdèmes sont les premiers symptômes.

 

La grossesse pathologique nécessite un suivi médical renforcé et implique d’accoucher dans une maternité disposant d’une unité de réanimation néonatale (maternité de type III).

 

Assurance maladie : une prise en charge particulière

Face à ces pathologies particulières, l’assurance maladie rembourse à 100 % les examens effectués suite à ce type de grossesse. De plus, concernant le congé maternité, les femmes concernées peuvent se voir accorder 14 jours supplémentaires de congés, consécutifs ou non, avant le début du congé prénatal et sur prescriptionprescriptionCe délai est de 2 ans à compter de la date des soins. Au-delà votre acte ne pourra être remboursé. Lire la suite médicale.

Un congé maternité exceptionnel peut aussi être accordé à une salariée enceinte en cas de grossesse pathologique au titre d’une exposition au Distilbène. Ce congé est accordé sur prescription médicale d’un arrêt de travail et avec l’accord du service médical de la Caisse d’Assurance Maladie de la salariée. Il débute à compter du premier jour de l’arrêt de travail prescrit et se termine au plus tard la veille du début du congé prénatal.

Egalement, les personnes présentant une grossesse pathologique peuvent bénéficier d’aides supplémentaires de la part de l’assurance maladie et des mutuelles. Parce que l’hospitalisation suite à une grossesse pathologique peut être plus longue, elles prennent par exemple en charge un supplément pour une chambre individuelle, les consultations de psychologues cliniciens et les différents dépassements d’honoraires.

 

bon à savoir

La mutuellemutuelleGroupement à but non lucratif qui, essentiellement au moyen des cotisations des membres, se propose de mener dans l'intérêt de ceux-ci une action de prévoyance, de solidarité et d'entraide. Lire la suite prend en charge les dépassements d’honoraires des médecins et spécialistes (ex. anesthésistes, chirurgiens) dans le cadre de votre grossesse. Vous pouvez également bénéficier d’une prime naissance et de 3 mois offerts pour toute inscription de votre nouveau-né.

Découvrez notre offre dédiée

 

 

Partager cet article :