Continuer à travailler à la retraite : les dispositifs

Chaque année, environ 750 000* personnes en France arrivent en fin de carrière professionnelle et accèdent au statut de retraité. Pour autant, tous les retraités ne font pas le choix de cesser toute activité professionnelle et certains souhaitent rester actifs. Quelles sont les alternatives existantes pour continuer à travailler après la retraite ? Quelles sont les raisons qui motivent cette décision ? Les réponses de Humanis.

 

Les dispositifs permettant de continuer à travailler à la retraite

Le fait de vouloir travailler après la retraite n'a aujourd'hui plus rien d'étonnant. Les retraités jouissent d'une meilleure santé et d'une espérance de vie plus longue qu'auparavant, ce qui leur permet de mener une vie active jusqu'à un âge relativement avancé.

Le cumul emploi-retraite et la retraite progressive sont les deux principales solutions permettant de continuer à travailler après l'âge de la retraite. Il est possible d'y accéder sous réserve de remplir les conditions nécessaires.

Le cumul emploi-retraite

Le cumul emploi-retraite est sans doute le dispositif le plus connu permettant de travailler après la retraite. Il permet à une personne retraitée d'exercer une activité professionnelle tout en continuant à percevoir sa pension de retraite de baseretraite de base1er niveau de protection vieillesse prévu par la Sécurité sociale. Pour en bénéficier tout actif doit cotiser à un régime de base (salarié, non salarié, cadre ... ) Lire la suite et sa pension complémentaire.

Pour accéder au cumul emploi-retraite et jouir de ses revenus sans restriction, un retraité doit obligatoirement avoir cessé au préalable toute activité professionnelle relevant du régime généralrégime généralDans le système de sécurité sociale, c'est à l'origine le régime de protection sociale des salariés : vieillesse, famille, maladie, accidents du travail et maladies professionnelles. Au régime géné... Lire la suite de la Sécurité socialeSécurité socialeInstituée par l’ordonnance du 4 octobre 1945, la Sécurité sociale est la clé de voûte du système de protection sociale français. Ensemble composé d’établissements publics sous tutelle du ministère ... Lire la suite, des régimes des salariés agricoles, et de certains régimes spéciaux et avoir demandé la liquidation de toutes ses pensions et allocations auprès des régimes de base et complémentaires, en France et à l'étranger.

Certaines activités salariées peuvent néanmoins être poursuivies au moment de la liquidation de la retraite :

  • selon la nature de l'emploi: gardiennes d'enfants; assistantes maternelles, artiste du spectacle; artistes auteurs etc.
  • selon les revenus issus de l'activité: salariés logés par leur employeur (SMIC); activités de faible importance (tiers du SMIC); activités accessoires à caractère littéraire ou scientifique (tiers du SMIC); vacations d'infirmiers ou médecins dans des établissements de santé;
  • selon la durée de l'activité: activités juridictionnelles et assimilées; consultations données occasionnellement; participation à des jurys de concours publics ou à des instances consultatives ou délibératives

 

Même s'il souhaite travailler chez son dernier employeur, un nouveau contrat devra obligatoirement être signé.

Le cumul emploi-retraite implique également le respect de certaines conditions liées à l'âge. Le retraité doit :

  • soit avoir atteint l'âge légal de départ à la retraite (entre 60 et 62 ans selon la date de naissance) sous réserve de remplir les conditions de durée d'assurance permettant l'obtention d'une retraite sans abattement;
  • soit avoir atteint l'âge d'obtention du taux plein sans condition de durée d'assurance, c'est-à-dire sans avoir nécessairement cumulé le nombre de trimestres exigé en temps normal.

 

Les retraités ne remplissant pas ces conditions peuvent tout de même travailler mais ne peuvent pas cumuler la totalité de leurs revenus supplémentaires et leurs pensions de retraite. Ces personnes devront par ailleurs respecter un délai de six mois si elles souhaitent travailler chez leur dernier employeur, sous peine de voir le versement de leurs pensions suspendu.
Les sommes perçues (activité salariale et pension combinées) ne devront pas dépasser les trois limites suivantes:

  • 160 % du SMIC mensuel
  • le montant du dernier salaire perçu avant la retraite
  • le salaire moyen revalorisé des dix dernières années d'activité.

 

Si elles sont plus élevées que ces trois limites, l'allocation sera alors suspendue. Seule une activité relevant du régime des artisans, des commerçants ou encore des professions libérales peut permettre de déroger à cette règle et d'accéder au cumul total.

Partager cet article :