Une fois retraité, il est possible d’augmenter vos revenus par un travail grâce au cumul emploi-retraite. Dans le cadre de ce dispositif, vous pouvez reprendre une activité professionnelle salariée ou non, en France comme à l'Étranger et cumuler votre pension avec un autre revenu d’activité.

Explications :

Le cumul emploi-retraite

Total (sans limite de ressources)

Les allocations de retraite de la Sécurité sociale et des régimes complémentaires Arrco-Agirc peuvent être intégralement cumulées avec les revenus d’une nouvelle activité professionnelle dans les conditions suivantes :

  • avoir obtenu toutes ses retraites personnelles de base et complémentaires, dont les conditions d’attribution sont remplies, de tous les régimes auprès desquels le salarié a été affilié (français, étrangers, organisations internationales). Pour les cadres supérieurs, il n’est plus nécessaire d’avoir liquidé les droits en Tranche C  si l’âge du taux plein de cette catégorie n’est pas atteint (entre 65 et 67 ans).
  • avoir au moins l'âge légal de départ à la retraite (entre 60 et 62 ans) sous réserve de remplir les conditions de durée d'assurance permettant l'obtention d'une pension de retraite à taux plein,
  • ou avoir atteint l'âge du taux plein (entre 65 et 67 ans selon votre année de naissance).

Restreint (ou limité)

Si les conditions énoncées précédemment ne sont pas remplies, la possibilité de cumuler les pensions de retraite de la Sécurité sociale et des régimes complémentaires avec les revenus d’une activité relevant du régime général, de la MSA ou des régimes spéciaux est limitée.

L’ensemble des ressources (montant brut des retraites perçues et nouveau revenu brut de reprise d’activité) doit respecter des limites qui diffèrent pour le régime de base et les régimes complémentaires.

Le régime de base de la Sécurité sociale

La limite de cumul est fixée à hauteur du dernier salaire ou de 160 % du Smic.

Par ailleurs, un délai de carence de 6 mois après la date d’effet de la pension doit être observé en cas de reprise d’activité chez le dernier employeur.

Les régimes complémentaires Arrco-Agirc

Le montant de l’ensemble des retraites ajouté au montant du revenu procuré par la nouvelle activité doit être inférieur à au moins une des 3 limites suivantes, la plus favorable étant retenue :

  • un montant égal à 160 % du SMIC,
  • le dernier salaire normal d’activité revalorisé,
  • le salaire moyen des dix dernières années d’activité.

Si le cumul de la retraite et du nouveau revenu excède la solution la plus favorable, l’allocation de retraite Arrco-Agirc peut être suspendue.

Les démarches

Pour bénéficier de ce dispositif, vous devez au préalable informer vos institutions de retraite complémentaire qui vous indiqueront si la reprise de votre activité est compatible avec la perception de votre retraite complémentaire et le plafond de revenu à ne pas dépasser (dans le cadre du cumul emploi-retraite restreint).

Lorsque vous bénéficiez de ce dispositif, le régime de base et vos institutions de retraite doivent être informés de tout changement lié à l’activité professionnelle et/ou aux conditions du cumul emploi-retraite, en particulier :

  • si le montant du salaire de reprise augmente ou diminue,
  • si le montant des retraites perçues est modifié,
  • en cas de cessation de l’activité salariée.

 

Selon le cas, le montant des retraites (base et complémentaires) sera maintenu, réduit, suspendu ou rétabli.

Bon à savoir :

Dès lors que votre 1ère retraite personnelle de base a été liquidée à compter du 1er Janvier 2015, la reprise d’activité ne permet plus aucune inscription de droits Agirc et/ou Arrco, et ce, même si cette activité relève d’un régime auquel vous n’avez jamais été affilié.

Ainsi, les cotisations patronales et salariales sont prélevées sur ces salaires de reprise d’activité mais ne génèrent pas de nouveaux points de retraite.

Le montant de votre retraite complémentaire reste donc inchangé.