Le système de retraite en France : panorama général

Créé en 1945, le système de retraite en France se caractérise par une grande variété de régimes.

Il existe des systèmes différents pour les salariés du secteur privé, les salariés du secteur public, les fonctionnaires, les professions libérales, les artisans, les commerçants, les agriculteurs...

Il existe également des régimes de retraite dits "spéciaux" qui permettent de prendre en compte la diversité des situations et des groupes professionnels.

Tous ces régimes sont gérés par 35 organismes de retraite, régimes de base et complémentaires confondus, auxquels sont obligatoirement rattachées toutes les personnes qui exercent une activité professionnelle.

Certains organismes gèrent à la fois la retraite de baseretraite de base1er niveau de protection vieillesse prévu par la Sécurité sociale. Pour en bénéficier tout actif doit cotiser à un régime de base (salarié, non salarié, cadre ... ) Lire la suite et la retraite complémentaire, d’autres ne gèrent que l’un ou l’autre des deux étages de la retraite.

 

PDF icon Découvrez le système de retraite en France

 

Les principes de la retraite

Un système par répartition

Les retraites des salariés du secteur privé sont financées par les cotisations des actifs et des entreprises pour être redistribuées aux retraités sous forme de pensions de retraite. C'est le principe de la solidaritésolidaritéFondement du système de protection sociale français depuis la généralisation de la Sécurité sociale. En matière de retraite complémentaire, il y a : - solidarité entre générations : on parle de rép... Lire la suite entre les générations qui est à l'œuvre : les cotisations de ceux qui travaillent financent directement les pensions de ceux qui ne travaillent plus.
Ce système est dit "par répartition" par opposition au système dit "par capitalisation" où chacun épargne sa retraite et la confie à un organisme qui la place sur les marchés financiers jusqu'à l'âge de la retraite.

 

La retraite : une obligation de cotiser

En France, la retraite d'un salarié du secteur privé est constituée de deux régimes de retraite légalement obligatoires :

  • retraite de base obligatoire
  • retraite complémentaire obligatoireretraite complémentaire obligatoireDes institutions de retraite complémentaire (ARRCO, AGIRC) complètent les droits à la retraite prévus par le régime obligatoire de la Sécurité sociale. Lire la suite

 

Retraite obligation

 

*Les institutions ou caisses de Retraite complémentaire assurent les relations avec les entreprises, les salariés, les retraités, ainsi que l’ensemble des prestationsprestationsRemboursement des dépenses de santé ou indemnité forfaitaire servis soit par le régime obligatoire, soit par la Mutuelle au titre de la garantie complémentaire santé. Lire la suite (encaissement des cotisations, versement des allocations retraites, information et Action sociale…)

 

Les​ pensions des régimes obligatoires s’additionnent :

  • pension du régime de base de la Sécurité socialeSécurité socialeInstituée par l’ordonnance du 4 octobre 1945, la Sécurité sociale est la clé de voûte du système de protection sociale français. Ensemble composé d’établissements publics sous tutelle du ministère ... Lire la suite (ou régime de base de la MSA pour les salariés agricoles)
    +
  • pension de l’Arrco (Association pour le régime de retraite complémentaire des salariés) pour tous les salariés
    +
  • pension de l’Agirc (Association générale des institutions de retraite des cadres) pour les salariés cadres

 

Le régime de base

Pour toucher une pension complète comme salarié du secteur privé, il faut avoir, selon l’année de naissance,  au minimum 40 annuités de cotisationcotisationSomme dont doit s’acquitter le souscripteur d’un contrat en contrepartie du ou des risques pris en charge par l’organisme assureur. Lire la suite et être âgé au minimum de 60 ans.

 

La pension est calculée sur la base des 25 meilleures années de salaire pour les personnes nées à compter de 1948.

 

Suite à la réforme des retraites du 9 novembre 2010, la durée de cotisation permettant de partir à la retraite à taux plein, c'est-à-dire sans minoration, va progresser en fonction de l'augmentation de l'espérance de vie.

 

Depuis 2009, la durée de cotisation pour obtenir une retraite à taux plein a été augmentée d'un trimestre par an pour atteindre 41 ans en 2012 et 41,5 ans en 2020.

Les régimes complémentaires

En complément de cette retraite de base de la Sécurité sociale, les salariés du privé cotisent obligatoirement à des caisses de retraite complémentaire fédérées par l’Arrco, pour tous les salariés, et par l’Agirc, pour les cadres uniquement (articles 4 et 4 bis, Articles 36).

 

Pour obtenir une retraite complémentaire sans abattement (sans réduction de la somme versée), il faut avoir entre 65 et 67 ans ou bien avoir entre 60 et 62 ans et bénéficier d’une retraite de base (de la Sécurité sociale ou de la MSA) à taux plein.

 

 

 

Partager cet article :